Posts Tagged 'port de plaisance du Betey'

Rénovation du port du Bétey : manque criant de concertation…

Nous aurait-on mener en bateau ? Plus de 5 000 personnes ont signé une pétition en 2012 contre l’agrandissement du port, le commissaire-enquêteur avait donné en 2013 un avis défavorable et le tribunal administratif a annulé le PLU de la ville d’Andernos en 2013 … Et le nouveau projet est un projet d’agrandissement déguisé réalisé sans concertation -alors que la municipalité s’y était engagée lors de sa première campagne électorale-. Malgré nos demandes répétées de communication de plans détaillés, malgré la réponse positive de la CADA à notre demande, nous ne pouvons vous communiquer que les informations suivantes  : » considérant que la nature du projet qui consiste à réaménager et étendre le port de plaisance du Bétey sans augmentation de la capacité d’accueil des bateaux, […] les travaux comprennent :

la démolition du quai sud d’une longueur de 150 m puis sa reconstruction en retrait de 10 m

la démolition du quai du fond du port d’une longueur de 27 m puis sa reconstruction en retrait de 15 m (il est mentionné qu’aucun arbre ne sera abattu, non …..  mais ils vont tomber… fausse manoeuvre ou distraction!)

la démolition du mole de protection du port puis sa reconstruction et son renforcement en enrochement

la démolition de l’esplanade située à l’entrée du port puis sa reconstruction,

le réempiétement des 3 autres quais avec des palplanches métalliques

la construction d’un ponton technique destiné à la collecte des eaux vannes  (Les eaux vannes sont les eaux usées qui proviennent des toilettes des habitations. Il existe deux types d’eaux usées : les eaux vannes, connues également sous le nom d’eaux noires, et les eaux ménagères, également connues sous le nom d’eaux grises)

l’installation de pontons flottants

l’élargissement de la cale de mise à l’eau

la création de voieries, aires de stationnement et espaces verts…. »  (pourquoi créer 43 places de stationnement c’est à dire 3 de plus que les places actuelles ? Dans cette nouvelle configuration, une place de bateau ne correspond plus physiquement à une place de parking puisque l’accès à son bateau se fera via le ponton flottant et non pas via le quai et son échelle. Les places ne sont jamais toutes utilisées en même temps. Réduire les places de parking permettraient d’économiser de l’espace naturel et d’y installer, l’été seulement, les jeux de ballon de CAP33,)

Avisdel’autoritéenvironnementale. pdf

On s’est moqué de nous en nous assurant qu’il n’y aura pas d’agrandissement. Les places seront agrandies : elles pourront donc accueillir des bateaux plus gros et plus polluants.

Personne ne parle de la continuïté écologique du ruisseau du Bétey, de la présence d’une microfaune locale, de l’étude écologique réalisée par les enfants de l’école du Bétey, de l’école justement, des habitants. Il est recommandé de faire les travaux en dehors de la saison touristique. Le sentiment d’avoir été bernés persiste….

SOLUTIONS ALTERNATIVES

Vu sur le site Localtis.fr Edition du 23/08/2011
Neuf nouveaux ports de plaisance exemplaires distingués
Développement durablePublié le mardi 23 août 2011
Basse-Ham en Lorraine, Monthermé en Champagne Ardenne, Valenciennes, Port en Bessin-Huppain en Basse-Normandie, Guilvinec–Treffiagat en Bretagne, Sérignan en Languedoc-Roussillon, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Sainte-Anne en Guadeloupe, un réseau de ports fluviaux du Gard… Ces neufs sites et les neufs collectivités ou EPCI porteurs de projets ont été récompensés ce 23 août par la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, en tant que lauréats de l’appel à projets « Ports de plaisance exemplaires 2011 ». 25 dossiers avaient été présentés. « Plus qu’un appel à projets, il s’agit d’un véritable label dont peuvent se prévaloir les ports de plaisance lauréats », fait valoir le ministère, sachant qu’il s’agissait de la troisième vague de cette opération lancée en 2009 et dotée d’une enveloppe totale de 1,7 million d’euros. Cette troisième édition porte à 30 le nombre des collectivités pouvant désormais arborer ce label et à 13.000 le nombre de créations de places supplémentaires destinées aux bateaux de plaisance. Car l’objet de l’appel à projets est bien là : soutenir les projets d’accroissement de la capacité d’accueil des ports de plaisance intégrant le développement durable, sachant que les capacités actuelles ne permettent pas de répondre à la demande croissante de places pour amarrer les bateaux (on estime à 54.000 le nombre de places manquantes sur le seul littoral maritime), alors même que la navigation de plaisance représente un secteur porteur, notamment en termes de créations d’emplois. Sachant, aussi, que les enjeux environnementaux sont multiples et sensibles : drame du bétonnage pour les espaces naturels côtiers, génération de déchets et de trafic routier, nuisances sonores… En marge de l’agrandissement des ports existants, une autre solution possible est la création d’un « port à sec » (stationnement des bateaux à terre). L’innovation peut aussi passer par l’optimisation de l’espace existant, par des solutions de « gestion dynamique » des places (ou comment accueillir un plus grand nombre de plaisanciers tout en maintenant le même nombre de places), par le développement d’une offre de location de bateaux, etc. Les projets, qu’ils soient maritimes ou fluviaux, devaient être portés par une ou plusieurs collectivités territoriales, prioritairement à l’échelon intercommunal, voire du bassin de navigation.