Archive for the 'Non classé' Category

Les déplacements durables du Nord Bassin d’Arcachon

Il y avait ce mercredi 18 octobre 2017 une réunion sur « Les déplacements durables du nord Bassin d’Arcachon » organisée au domaine de Certes par le département de la Gironde. L’objectif de la réunion était la présentation du projet et les modalités de la concertation. Une vingtaine de participants, des membres de la Ceba, de la Sépanso, de la Lpo, des représentants du Pnr, du Pnm, du Conservatoire botanique, du département, et des « non-identifiés ».
Première constatation : le développement des transports en commun est de la compétence de la Région. Or c’est le département qui est organisateur. Le département s’occupe des routes, des aires de co-voiturage et des pistes cyclables.
deuxième constatation : Les animateurs ont eu du mal à essayer de nous persuader qu’il s’agissait d’aboutir à un scénario de déplacement durable dans le nord Bassin et non pas de promouvoir une voie rétro-littorale. Personne dans la salle n’a été dupe et plusieurs interventions ont mis les présentateurs dans l’embarras.
troisième constatation : les modalités de la concertation autour d’un comité consultatif composé de 3 collèges n’est pas favorable à la protection de la nature. Les institutions et les acteurs socio-économiques seront face aux acteurs associatifs.
Pourtant l’esprit de la loi n’est-il pas de faire tout ce qui est possible en matière de transports en commun avant de songer à la voiture ?
Mais il faut tenir bon : construire une voie de contournement est un véritable boomerang qui dans 5 ans, nous reviendra en pleine figure.  voir article suivant

Ce que nous promouvons : un Transport en Commun en Site Propre (TCSP) à la place d’un projet routier traversant la forêt.

 

 

Publicités

Régression de la zostère conférence des amis du Littoral mercredi 9 août à 20 h 30 à ARES

l’association « Le Bétey, plage boisée à sauvegarder » retransmet une information de l’association  » Les amis du littoral ».

Les Amis du Littoral organisent à ARES – salle des Mille Club – parc des sports – près du chateau d’eau

le mercredi 9 août à 20h30, une conférence ayant pour thème :
« Causes et conséquences de la régression des herbiers de zostères sur la dynamique sédimentaire du bassin. Premiers résultats des études en cours »
Cette conférence est animée par Florian GANTHY et Mathis COGNAT chargés de mission à l’IFREMER

Vous êtes amicalement conviés à cette restitution des études en cours qui concerne en particulier le phénomène de l’envasement du fond de bassin. Ses conséquences sur la modification du caractère maritime et balnéaire du fond de bassin deviennent en effet de plus en plus préoccupantes.

L’entrée est libre. Venez nombreux capter ces informations scientifiques.

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION Dimanche 3 septembre à 11 h

 

L’assemblée générale de l’association se tiendra dimanche 3 septembre à 11 h au siège de l’association et sera suivie d’un apéritif festif.
Ordre du jour : rapport moral, rapport financier, vote, point sur l’état du bassin et de ses rives (biodiversité, envasement, qualité de l’eau et partage des usages). Projets pour 2017 2018
Nous rappelons que chacun est le bienvenu mais que seuls les membres à jour de leur cotisation pourront participer au vote.
Une convocation et un pouvoir ont été envoyés aux membres de l’association ne disposant pas d’une connexion Internet.

Banc d Arguin 1er août 2017

Sud ouest mardi 1er Août 2017

Et à partir du 2 août, nous vivons à crédit sur la planète…

Jeudi 13 juillet 2017 : vote du projet de PLU au conseil municipal d’Andernos-les-bains

rappel des faits :

l’ancien Plu a été annulé par le tribunal administratif de Bordeaux le 10 juillet  2013.

http://www.ecocitoyensdubassindarcachon.org/medias/files/jugement-ta-du-10-7-13-annulation-plu.pdf

Le nouveau Plu a abandonné les  projets « grandioses » (agrandissement de la jetée, extension du port de plaisance au détriment de la plage boisée, golf et projet d’édification de 250 villas d’habitation et de résidence de tourisme,  classement en secteur à urbaniser du secteur « Casino », aérovillage, lotissements près de  la zone humide du Communal au nord est, construction d’une résidence pour personnes âgées sur le site du Coulin) mais garde la possibilité de lotir, dans un temps ultérieur, autour des mares du Communal, privant ces dernières de leur alimentation en eau….et les condamnant donc à moyen terme. Nous rappelons que les anguilles venaient y passer leur adolescence, il y a 40 ans parce que ces mares via les fossés et le ruisseau du Bétey communiquaient avec le bassin.

Nous rappelons les conclusions du commissaire enquêteur : avis favorable avec 4 réserves qui concernent

l’urbanisation du secteur du Communal (ex Matoucat)

    1. procéder par révision, avec évaluation environnementale pour l’ouverture de ce secteur à l’urbanisation, confirmer ce dispositif dans le règlement de cette zone.
    2. exclure de la superficie 2 AU les parties relevant de la zone rouge du PPRIF et des zones humides déjà recensées,
    3. prolonger en EBC  espace boisé classé la coupure d’urbanisation au droit du secteur du Communal
    4. respecter les engagements déjà pris par écrit par la Mairie dans d’une part le document «synthèse des avis des personnes publiques consultées sur le projet de PLU arrêté et modalités envisagées de leur prise encompte » et d’autre part les réponses apportées au du procès verbal des remarques, et au tableau Excel avec notamment le classement de l’ensemble du secteur Quinconces Saint Brice leCoulins en zone N, notamment le secteur bassin de décantation
Remarques 5
Classement en zone N du secteur les Quinconces Saint Brice Le Coulin.
Le projet de PLU classe en en zone N le site
Les rives du Bétey zones N
La plage ouest du Bétey en NR
réponse de la commune La commune s’engage à classer la plage rive droite du Bétey en zone N. S’agissant de
l’aménagement piéton des berges du Bétey, il n’existe pour l’heure aucun projet. Seul un  emplacement réservé a été inscrit au projet de PLU afin d’assurer à la commune la propriété  de ces espaces afin d’en assurer une gestion globale et cohérente.
Préalablement à tout aménagement, une concertation sera engagée avec les associations  concernées
Nous surveillerons très attentivement les documents soumis au vote, jeudi prochain.

Actuellement, on peut déplorer la transformation de l’avenue de la République qui ne devient qu’une façade de verre. Ce n’est pas la meilleure manière et d’attirer les touristes et de lutter contre le réchauffement climatique… On peut déplorer également l’absence d’ambition pour les transports en commun à l’échelle du département. Même si le projet de contournement du bassin est porté par le département, la commune peut avoir son mot à dire pour promouvoir les transports en commun.

Autre petit fait :  insidieusement, les platanes sont remplacés par des chênes verts. Bien sûr, il y a moins de feuilles à ramasser en automne.. Mais l’ombre des platanes est infiniment plus rafraichissante et efficace que celle des chênes verts…

Pour terminer : nous n’avons toujours aucune nouvelle du classement de la plage ouest du Bétey en zone N, ce qui serait un moyen de la préserver des  idées loufoques de nos contemporains, nouvellement arrivés sur le bassin et qui ne le connaissent pas (encore).

Enfin,  ce lieu est la cours de récréation des enfants des écoles du Bétey et l’hiver, par grande tempête, le refuge des oiseaux de mer. Il serait temps, pour l’avenir du bassin et le notre, de le préserver réellement .

 

Eté sur les PLAGES DU BETEY vu par notre poète

port du betey été 2010 arrivée d’un scooter des mers

Exercice de style…
Vu par un passant…
Il fait beau, cela change un peu de toute cette humidité et de ce temps pourri. Je me promène et mes pas me dirigent vers la plage du Bétey. A ma gauche les palplanches du port me semblent un peu rouillées. Un ruisseau marron coule, en méandres en son centre. De très vieux bateaux ont changé de place ; c’est vrai qu’ils vieillissaient mal. Heureusement de fiers voiliers à moteur dressent encore leur majestueux mat sur lesquels tournent, tout en haut, des petites choses. A ma droite, la capitainerie affiche inlassablement les marées et les données maritimes. Je lève la tête et j’aperçois une caméra, je me recoiffe aussitôt, j’ai horreur d’être mal peigné… Un incessant ballet de 4×4 à remorques se rue vers le débarcadère. On dirait l’ouverture de la chasse. Chacun a envie de mouiller la coque de son six mètres et voir un peu comment réagit sur le bassin son couple de moteur hors-bord. La plage est bondée. Je ne sais pas où placer mon parasol. En plus cette odeur de vase me dérange un peu. C’est vrai que j’aurai dû téléphoner pour savoir si la marée montait. Enfin je trouve un coin qui n’est pas de sable mais un engraissement du lit de la Leyre. Je m’allonge et je reçois tout de suite un ballon dans la figure. Creusant un peu, pour être plus à l’aise, je mets à jour des mégots consumés. Des enfants se battent et les parents crient. Les vacances commencent bien…
Vu par un poète…
Le soleil, tel un chat à la toilette, a séché les dernières pluies traversières qui assombrissaient nos esprits déconfits. Ainsi, céans, je baguenaude dans l’estival et d’une démarche assurée me voici à deux pas de la plage du Bétey. A senestre, un vaste réservoir serti de renforts laisse couler en son sein un ruisselet à l’onde dorée. De vieux bateaux dolents, garnis de crépidules, somnolent, attendant le flot pour bercer une fois encore, leur vénérable carcasse. D’ impétueux voiliers, dans la frénésie de leur âge, tirent sur leurs amarres comme des chevaux impatients, dans l’attente immodérée de leur sortie annuelle. A dextre, un bâtiment administratif, où doit œuvrer un capitaine en uniforme d’apparat, expose aux yeux de tous, les cartes marines pour guider le plaisancier imprudent. Un œil vigilant, qui n’était pas dans la tombe comme celui de Victor-Hugo, mais au-dessus de mon chef, traquait sans relâche toutes les vilenies. Un cortège de véhicules de belle importance descendait le boulevard pour mettre à l’eau les résultats d’une réussite bien méritée. La plage accueillante, fleurant bon le sucre et l’ambre solaire, se pare de la multiplicité de couleur des parasols ; on dirait un grand pré multicolore que l’on voit s’épanouir dans la symbiose du printemps qui finit et de l’été qui commence. De doux effluves vaseux chatouillent ma narine. Au loin, la barre bleue de la marée en devenir scintille sous le brasillement du soleil. Je m’assoie sur un sable de schiste, dont les grains un peu grossiers renvoient la lumière tel des petits diamants. Par une action énergique, issue d’une jeune intention, un ballon égaré viens choir sur mon visage étonné. Je m’allonge enfin, détendu, en songeant combien il est doux de me bien reposer. Afin de parfaire le moelleux de ma couche, je creuse de ma dextre la sable cristallin et je peux ainsi mettre à jour une poignée de mégots qui sentent encore la menthe. De jeunes générations s’empoignent avec vigueur sous les encouragements des parents. Le sommeil me gagne peu à peu, au vu de toute cette félicité familiale. Je ferme les yeux et me mets en congé des choses qui m’entourent.

pinasse été 2016

BANC D ARGUIN AGAIN

La Sepanso dénonce l’appel des plaisanciers à manifester sur le banc d’Arguin, samedi, contre le décret d’extension de la réserve

 

Le décret d’extension de la Réserve naturelle nationale du banc d’Arguin, publié le 10 mai dernier, continue à agiter le bassin d’Arcachon. Samedi dernier, les plai- sanciers,lesreprésentantsdel’indus- trie nautique, les pêcheurs et les kite- surfeurs ont manifesté sur le port d’Arcachon contre les interdictions relatives au mouillage de nuit, au mouillagelibreenjournée,àlaprati- que du kitesurf et à la pêche.

Un second round a été acté, avec unrendez-vous,demain,directement sur le banc d’Arguin « à partir de 10 heures et pour y passer la nuit ». Ce quisoulèvel’indignationdelaSepan- so, la Société pour l’étude, la protec- tion et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest, le gestionnaire de la réserve. « C’est la pire période de l’annéepouruntelrassemblement», relèvemaîtreFrançoisRuffié,l’avocat de la Sepanso.

Des«amis»contestés

« C’est le mois de la nidification. L’asso- ciation qui appelle à cette manifesta-

tion s’appelle les Amis du banc d’Ar- guin… Là, elle fait la démonstration qu’elle n’a aucune connaissance ni conscience du banc d’Arguin ! Orga- niser un rassemblement en cette pé- riode est totalement irresponsable. »

La Sepanso a donc alerté la préfec- ture sur les dangers potentiels d’une telle manifesta- tion. « Le préfet n’a pas à l’inter- dire, poursuit l’avocat. Il est déjà interdit de mani- fester sur le banc d’Arguin ! Comme il est d’ailleurs déjà in- terdit d’y passer la nuit. Mais la réalité, c’est que le banc d’Arguin est de loin la réserve naturelle la plus violée de

France. »

Ledécret,unebasedetravail

PourlaSepanso,lepireétaitdonc,jus- qu’ici, l’absence de décret et avec lui les conflits d’usage, les tolérances et les excès. « Ce décret est une base de travail, poursuit maître Ruffié. Il laisse de nombreuses portes ouvertes car beaucoupdepointspourrontêtreré-

glés par arrêtés préfectoraux. Alors, avant de manifester, commençons par discuter. C’est vraiment un cri au secours que je lance… »

Cette position, partagée par les as- sociationsdeprotectiondelanature, se retrouve aussi chez certains plai- sanciers. « Nous ne souhaitons pas d’actes de désobéissance, de nom-

breusesassociationss’opposentàune incitation à aller dormir à Arguin alors qu’il y a des négociations en cours », relève ainsi Claude Mulcey, le président de l’association Pêche plai- sance, ports et mouillages du bassin d’Arcachon.

Cematin,uneréunionestorganisée en sous-préfecture. Elle réunira les op-

posants au décret et devrait permet- tredestatuersurlemaintienounon de la manifestation de samedi. D’ores etdéjà,laSepanso,Bassind’Arcachon écologieetlaCoordinationenvironne- ment du bassin d’Arcachon ont fait savoir que si des infractions étaient commises durant le week-end, elles se constitueraient partie civile.

L’appel à passer la nuit sur le banc d’Arguin va-t-il être suivi des faits, demain