Posts Tagged 'protection du littoral'

AIGRETTES GARZETTES SUR LA PLAGE DU BETEY

 

 

vol d’aigrettes garzettes mercredi 26 février 2020 sur la plage du Bétey, juste avant la tempête. Elles se sont réfugiés dans les terres…

DSC_0030

 

DSC_0039DSC_0040

Cinq grands points d’inquiétude à l’échelle de la Gironde

Pesticides et pollution de l’air, Erosion de la biodiversité, Artificialisation des sols, Mésusage des communs patrimoniaux, Effets du dérèglement climatique sont les cinq grans points d’inquiétude des associations de protection de la nature.  Rubrique réalisé avec Vive La Forêt, Robin des bois,

1 Pesticides et pollution de l’air : On n’a pas conscience lorsqu’on vit à Andernos, en prise directe avec l’océan, de la pollution de l’air et de l’eau par les pesticides.  Or, le Médoc, producteur de vin, est 14 fois plus pollué que la ville de Bordeaux. Mon dieu, y aurait-il des fongicides dans le vin ?

la tenue estivale des années 2050 ?

2 L’érosion de la biodiversité nous concerne également. En France, 22% des espèces vivant sur le territoire métropolitain sont en danger. .On peut constater que la biodiversité « banale »comme l’avifaune que l’on voyait au Bétey : martin-pêcheur, aigrette garzette, moineaux,  bergeronette des ruisseaux, petits passereaux,  est elle-aussi sur le déclin. Il y a de moins en moins d’oiseaux de chaque espère et le nombre d’espèces disparaît. Les causes : les loisirs motorisés, la fréquentation humaine, l’urbanisation croissante qui rendent leur habitat impraticable quand ils ne le font pas disparaître.

3 Artificialisation des sols : L’artificialisation progresse en moyenne annuelle1,8 fois plus vite que la population! Croissance démographique Gironde 2006-2014 : 9,49%. Le prochain SCOT arrivera-t-il à la maîtriser ?

2008 pins dans les bois du Bétey

4 Mésuage des communs patrimoniaux : comment respecter le bien commun ?

a Le braconnage de civelles ou piballes est en recrudescence.  (source VLF et Robin des bois)  : L’anguille  est une espèce migratoire en voie de disparition.  Elle naît dans la mer des Sargasses et revient dans les estuaires français où elle est braconnée. Le canal des étangs est un axe clé pour permettre l’accès des civelles et anguilles jaunes aux vastes zones d’accueil et de grossissement de l’amont.Ce repeuplement est entravé par le braconnage. En Mars 5 braconniers de pibales, un pêcheur professionnel et un mareyeur ont été interpellés dans le Médoc. En janvier 890 Kg de pibales interceptés à la frontière espagnole. Le braconnage des petits passereaux (pinsons et autres ortholans) est aussi responsable de la disparition de ces espèces (étude

b le partage des ressources aquatiques : toutes les piscines du bassin sont remplies par la nappe phréatique (on creuse un puit) au détriment de la nature et des générations futures.

c Surexploitation du domaine public maritime : le banc d’Arguin focalise toutes les énergies. Mais les loisirs motorisés sont également un bon exemple de cette surfréquentation. Les loisirs motorisés et  ce qui en découle :  l’agrandissement de port de plaisance, l’anéantissement de l’estran par les corps-morts, la pollution de l’eau par les HAP ou carrément l’essence, la pollution de l’air et les nuisances sonores, le dérangement des oiseaux de mer (et des baigneurs) sont également en trop sur le bassin. La surfréquentation du bassin cause sa mort. Depuis peu les maires ont la possibilité de prendre des arrêttés pour restreindre l’accès de la population à certains sites. Pourquoi ne pas prendre ces arrêtés sur le nord bassin ?  L’arrêté concernerait les scooters des mers,Certaines plages comme la plage du Bétey devant les écoles devraient être exemptes de sports nautiques;  de kite-surf et de joggeurs d’avril à juillet et par temps de tempête.

5 les effets du dérèglement climatique

La moyenne des températures va monter d’au moins 500 kilomètres vers le nord. Bordeaux 2050 = Séville aujourd’hui.D’ici à 2050, tous les modèles convergent pour prédire: une augmentation de la température moyenne annuelle de l’air d’au minimum + 2°C; une augmentation des situations extrêmes (sécheresses, crues et inondations) ;Pas d’évolution sensible du cumul annuel de précipitations.

la baisse moyenne annuelle des débits naturels des cours d’eau sera comprise entre -20% et -40% et de l’ordre de -50% en périodes d’étiage. Ces derniers  seront plus précoces, plus sévères et plus longus; une augmentation de l’évapotranspiration (des sols et de la végétation) comprise entre +10% et +30% ; une tendance à la baisse de la recharge des nappes, très variable selon les secteurs et le type de nappes, allant de +20% à -50%; une augmentation significative de la température des eaux de surface (déjà réelle aujourd’hui : +1,5°C en 40 ans) ;L le débit de la Leyre baissera de 50 %

l’impact sera  très fort sur la ressource en eau. Augmentation des besoins, baisse de la disponibilité…

le niveau de l’eau de mer

Les pLages océanes :images du passé ou du futur ?

va monter. Mais de combien ? La question reste ouverte. C’est peut-être une réponse à l’artificialisation d

es sols 🙂

Taussat hiver 2014 une mer agitée

un bassin plus salé et plus encombré ?

Rencontre avec un élu : nos demandes

Pour un partage de l’espace :  1 Créer une zone refuge pour les oiseaux de mer sur la plage située sur la rive droite du Bétey.

 

 2 Demander aux kite-surfeurs de respecter la législation :

  3    Toilettes sur la plage : bien mais non suffisant. Et pourquoi pas des toilettes sèches ?

 

4  Mieux informer sur la législation, la fragilité et la beauté de notre patrimoine naturel et culturel  ie le bassin

 

 

VILLAGE DES POSSIBLES AU BETEY

DSC_0417

au denier plan, l’école du Bétey

Samedi 22 septembre se tiendra le « Village des possibles » sur la plage boisée du Bétey. Des « possibles » pour vivre autrement en gaspillant le moins possible. Des « possibles » pour ne prélever sur la planète que notre part,possibles pour respecter la nature.. Venez nombreux :

 

Le bureau de l’association    août2018

pins dans la brume juin 2018

D’autres usages de la plage septembre 2018

Retour sur le projet « Plans de Prévention du Risque Naturel d’Inondation par submersion marine du bassin d’Arcachon »

le plan de prévention des risques  se veut rassurant. Or, il devrait être conçu en tenant compte des phénomènes extrêmes afin d’éviter des conséquences pouvant être « naturellement » catastrophiques.

L Evènement de référence  est Xynthia. Toutefois ce qui est arrivé lors de l’épisode Xynthia  n’est pas exceptionnel ; nous avons connu des évènements plus intenses. Voir le rapport de novembre 2012 du Centre d’Études Techniques de l’Équipement du Sud-Ouest : « Submersions marines sur le bassin d’Arcachon »

Etude historique 5.3 – Caractéristiques des évènements recensés.

http://www.gironde.gouv.fr/content/download/27552/199774/file/PPRSMBA-Etude%20historiqueBassin%20Rapport%20d%C3%A9finitif.pdf
Remontée des nappes  phréatiques superficielles :  des études doivent être réalisées pour améliorer les connaissances actuelles afin d’additionner ce risque aux phénomènes de submersion marine.

Prise en compte du phénomène de crue de la Leyre :  pourquoi une hausse du niveau de la Leyre et une surélévation du niveau de la mer ne sont-elles pas incluses ?

Taussat tempête 2014

Surélévation maximale du milieu marin :  sous estimation

Les 60 cm d’augmentation du niveau de la mer envisagés dans le dossier, 20 cm depuis le début du siècle + 40 cm de maintenant jusqu’à la fin du siècle, sont sous-estimés.  (cf rapport  Hervé Le Treut).

Risque de pollution par le réseau des eaux usées :

Le risque d’inondations du réseau d’assainissement et des activités industrielles est majeur pour la qualité des eaux du Bassin. Il faudrait une étanchéîté garantie des installations à risque.

brume juin 2018 au Bétey

18 novembre 2 015 au port du Bétey

Taussat tempête 3 septembre 2014

 

 

La plage, un milieu vivant

La plage est souvent assimilée à un désert. Il n’en est rien…C’est un véritable milieu naturel, rude mais fourmillant de vie. Les animaux et les végétaux doivent résister à de multiples contraintes naturelles (sécheresse, vent, balancement des marées…) et ce très fragile équilibre peut être facilement déstabilisé… L’homme en est souvent la cause !

 

Une plage propre n’est pas un désert de sable !

 

Stéphane Mauger, réalisateur de la vidéo : 1 minute 30

1.stéphane auger.png

 

https://vimeo.com/153635915

 

 

 

******

 

L’éco-citoyen à la plage :

 

Laissez la plage aussi propre que vous l’avez trouvée

Participez avec nous au ramassage des déchets

 

Tolérez la présence des algues, elles font partie  de la plage

 

ENSEMBLE PROTEGEONS LA NATURE

**********

 

Macro déchets, débris naturels, algues

 

Attention à ne pas confondre !

Les déchets sont issus des activités humaines :

bouteilles en plastique, bidons, filets…

Ces derniers constituent une véritable nuissance.

Mais le travail de ramassage est fastidieux, sans fin, coûteux pour la collectivité.

Les débris naturels (algues, bois flotté, animaux morts…) contribuent à l’équilibre naturel des plages.

Ils sont à la base d’une chaîne alimentaire pour de nombreux poissons, oiseaux et constituent des abris pour de nombreuses espèces.

************************

La laisse de mer n’est pas un déchet

 

Les algues et herbes marines qui la constituent forment un habitat naturel protégé au niveau européen…

Il convient de la laisser en place car elle joue de multiples rôles fondamentaux :

refuge pour des espèces protégées, formation à l’origine de la constitution des dunes…

 

Seuls les déchets issus de l’activité humaine qui la polluent peuvent être enlevés.

 

La gestion raisonnée des laisses de mer s’inscrit dans une perspective de développement durable !

 

LA LAISSE DE MER EST LE SYMBOLE D’UNE PLAGE SAINE ET PROPRE…

 

merci à René Capo de Biscarosse pour cette information

file:///C:/Users/nyanga/AppData/Local/Temp/1.plage_milieu_vivant.pdf

 

Bloom de dinophysis : Interdiction temporaire de pêcher et consommer tous les coquillages du Bassin d’Arcachon


Un phénomène naturel, du au réchauffement des eaux de l’océan  provoque une interdiction temporaire de consommer huîtres et autres coquillages du bassin : une micro-algue la dinophysis se développe de manière exponentielle : on parle de « Bloom » explosion. Ces algues sont absorbées par les huîtres et moules, organismes filtreurs. Les dinophysis contiennent des toxines lipophiles (qui aiment les graisses) ces toxines s’accumulent dans les coquillages et ne mettent pas en danger la vie du coquillage; mais les humains, en consommant ces mêmes coquillages peuvent avoir de sérieux problèmes de digestion… Les résultats des analyses effectuées cette semaine par le réseau de surveillance de l’IFREMER ont révélé une extension de la contamination des coquillages du bassin Arcachon par destoxines lipophiles. En conséquence, après concertation avec les représentants des organisations professionnelles des pêches et de la conchyliculture, le préfet de la Gironde a décidé ce jeudi 17 mai 2018, d’interdire les activités de pêche et de commercialisation destinées à la consommation humaine, de tous les coquillages en provenance du bassin d’Arcachon. Cette mesure sera levée complètement

cabanes des pêcheurs et ostréiculteurs à Andernos-les-bains

ou partiellement dès lors que les analyses établiront la bonne qualité sanitaire des différents types de coquillages.

port du Bétey hiver 2017

Seuls les professionnels ayant adhéré au protocole de fonctionnement en circuit fermé (c’est à dire ceux qui produisent des huîtres de manière industrielle) et ayant reçu l’autorisation des services de l’État, peuvent mettre sur le marché des huîtres issues des zones de production du bassin d’Arcachon et mises en stockage protégé dans leur établissement.

Estran devant Saint Eloi à Andernos-les-bains