Posts Tagged 'biodiversité'

Rencontre avec un élu : nos demandes

Pour un partage de l’espace :  1 Créer une zone refuge pour les oiseaux de mer sur la plage située sur la rive droite du Bétey.

 

 2 Demander aux kite-surfeurs de respecter la législation :

  3    Toilettes sur la plage : bien mais non suffisant. Et pourquoi pas des toilettes sèches ?

 

4  Mieux informer sur la législation, la fragilité et la beauté de notre patrimoine naturel et culturel  ie le bassin

 

 

Suggestions au maire d’Andernos pour le quartier du Bétey

Une lettre  envoyée par l’association, au maire d’Andernos le 10 septembre 2018. « Votre suggestion, faite lors du forum des associations samedi 1er septembre 2018, de faire de la plage du Bétey une plage non-fumeur à Andernos-les-bains recueille toute notre approbation. Nous sommes tout à fait prêts à vous aider pour le mettre en oeuvre.
Dans le même ordre d’idées, l’association réunie en assemblée générale vendredi 31 août 2018 a émis les souhaits suivants :
Plage du bétey :

Mieux informer tous les usagers de la plage

– de l’existence d’une réglementation (concernant aussi bien les kitesurfeurs que les baigneurs ou les bateaux),

– de la richesse de cette plage tant du point de vue du patrimoine naturel (chauve souris, écureuil, oiseaux divers, alliance des tamaris et des gorge bleue, aigrette garzette,) que

du patrimoine culturel (occupation humaine dès le mésolithique) (qui existe déjà, mais à renforcer)

Travailler  avec vous-même et vos services à un partage de l’espace comme nous vous en avions déjà fait part… Des panneaux comme « attention zone de quiétude pour les oiseaux » suffisent parfois à faire respecter les lieux.

Continuer à replanter quelques pins le long du port sur la rive droite du Bétey et quelques chênes dans le bois du Bétey et dans les petites placettes attenantes.

Valoriser le travail commun sur les plantations du Bétey en parlant de l’association qui arrose et entretient et des enfants des écoles.

Faire en sorte que les « estivants » ne considèrent plus les espaces nouvellement plantés comme des zones à déchets, et les ganivelles comme des garages à vélo

Ne pas faucher les parcelles avec des rotofils. En effet, plusieurs pins ont vu leur écorce coupée par le rotofil et sont morts cet été de ce fait.

A l’heure actuelle, les herbes ne font plus de concurrence aux pins. Ces derniers sont trop grands. On pourrait laisser les herbes pousser sachant qu’elles mourront de mort naturelle au mois d’août. Une petite pancarte : « Ici nous pratiquons la fauche différenciée » pourrait satisfaire des personnes qui ont peur de l’herbe.

Mettre le quartier en zone 30. Depuis que le boulevard Albert Decrais est à sens unique, les voitures vont beaucoup trop vite.

Pour le port : interdire les scooters des mers. De fait il n’y en a que quelques uns mais ils font un beau tapage. Prévoir de le rénover afin de le mettre aux normes européennes antipollution
Concernant la piscine; nous nous félicitons de la construction future d’une piscine destinée à la population du Nord Bassin. Toutefois, la fermeture de la piscine actuelle, exceptionnelle par sa situation et son alimentation par de l’eau de mer, doit être évirée. Nous aimerions qu’il y ait une véritable élaboration, que tout le quartier soit impliqué dans la destinée future de notre piscine actuelle en eau de mer. Plusieurs scénarii pourraient être envisagés :

  • la garder comme lieu d’apprentissage à nager pour les enfants des écoles proches et pour les handicapés
  • en faire un bassin de baignade l’été et planter des arbres tout autour
  • la garder intacte car une piscine d’eau de mer est quelque chose d’unique, en faire de la pub, axer sur la thalassothérapie
  • la laisser à l’hôtel mais permettre aux habitants du quartier d’y accéder.
  • en faire une boîte de nuit (non je ne crois pas que cela soit rentable !), ….

Valoriser les plantations d’arbres
Les arbres sont indispensables pour rendre la ville vivable pendant les périodes de canicule estivale.

  • Faire l’inventaire des arbres remarquables d’Andernos (vieux chênes, tulipier de virginie, Gingo biloba, araucaria, vieux pins) afin de les mettre en valeur et ainsi les préserver.
  • Faire participer la municipalité d’Andernos au concours des allées d’arbres organisé par l’association nationale Sites et Monuments de manière à valoriser nos allées d’arbre.
  • Réglementer l’abattage des arbres sur la commune d’Andernos. Prendre un arrêté municipal stipulant que tout abattage d’arbre est soumis à autorisation. Dans le cas des permis de construire, l’inventaire des arbres existants sur la parcelle doit être fait avant le projet, les arbres supprimés donnant lieu à replantation ailleurs, compensation afin d’éviter le mitage progressif des arbres de haute lige sur la commune.

Conscients de l’ampleur de la tâche mais disposés à vous aider, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, l’assurance de nos sentiments distingués.

Nous voulons des coquelicots appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

Nous voulons des coquelicots

« https://nousvoulonsdescoquelicots.org

Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes.

Pour adhérer à ce mouvement et participer aux actions qui auront lieu pendant 2 ans et qui visent à être élargies dans toute l’Europe, il suffit de taper sur internet: « nous voulons des coquelicots ». Aujourd’hui 24 septembre, après seulement une dizaine de jours nous sommes déjà 190000 à avoir signé la pétition, ceux qui sont convaincus du bien fondé de cette démarche et conscients que seul un large mouvement populaire peut infléchir la politique actuelle, pourront en faire une large publicité auprès de leurs amis, leur famille, leurs enfants et petits enfants… Nous sommes tous concernés et plus nous serons nombreux à signer, plus la pression sur les politiques sera forte. Cette action est en pleine cohérence avec la notre pour la préservation du bassin,  de la forêt et de la biodiversité qui y règne.

Amicalement

Retransmis par Clarisse Holik

 

VILLAGE DES POSSIBLES AU BETEY

DSC_0417

au denier plan, l’école du Bétey

Samedi 22 septembre se tiendra le « Village des possibles » sur la plage boisée du Bétey. Des « possibles » pour vivre autrement en gaspillant le moins possible. Des « possibles » pour ne prélever sur la planète que notre part,possibles pour respecter la nature.. Venez nombreux :

 

Le bureau de l’association    août2018

pins dans la brume juin 2018

D’autres usages de la plage septembre 2018

Appel pour une marche pour le Climat le 8 septembre 2018

Canicule, sècheresse ou inondations, disparition des insectes et de la faune sauvage … C’est ce que nous vivons dans la Nièvre cet été. Aujourd’hui, en Europe, 80% des  effectifs des espèces d’insectest plus de 30% des effectifs des espèces d’oiseaux et près de 40 % des effectifs des espèces de chauve-souris  ont disparu en 30 ans.

Ce sont ces constats alarmants qui avaient permis à la COP21 de déboucher sur l’Accord de Paris.

Pourtant, nos gouvernements agissent dans un sens contraire à la protection de la nature et du climat

. La transition énergétique : maintien du nucléaire et recul des objectifs climat

. Les pesticides  sont régis par la loi du marché et non par le principe de précaution

. la loi Littoral est menacée

. L’agriculture industrielle est favorisée alors qu’elle nuit à la santé humaine et à la biodiversité.

Et ce jusqu’à la démission fracassante de Hulot,

IL N’Y A PAS DE PLANÈTE B !

La Terre, son climat et sa biodiversité ne seront sauvés ni par les conférences gouvernementales,  ni par les  entreprises, qui agiraient spontanément,  sans  contrainte  ni encouragements des pouvoirs publics. Le temps des constats est passé. Il faut agir.

ANIMAUX, PLANTES, OCÉANS, AIR, SOLS, TERRE ET GÉNÉRATIONS FUTURES NE PEUVENT S’EXPRIMER

C’est pour elles et eux que citoyens, les citoyennes et les ONG se mobilisent Pour agir pour le climat, pour la nature, pour les droits du vivant, la justice et l’égalité avant qu’il ne soit trop tard..

A notre niveau et pour commencer, mangeons bio, plantons des haies et respectons nos forêts de feuillus

Ensuite, veillons à l’isolement de nos maisons.  Enfin, sourions…

 

Collectif de citoyens nivernais avec le soutien de la LPO Nièvre.

Samedi 8 septembre 2018 à 15 h square de la Résistance à Nevers.

Forum des associations d’Andernos-les-bains

L’association participera samedi 1er septembre au 4ème Forum des associations d’Andernos-les-bains. L’occasion de se rencontrer ?

SAUVONS LES MARONNIERS DE LA PLACE GAMBETTA DE BORDEAUX

Bonjour à tous,

L’association relaie un message des marronniers de la place Gambetta de Bordeaux : Comme vous le savez déjà peut-être, la Place Gambetta à Bordeaux est en cours de réaménagement.  Ce réaménagement va entrainer l’abattage de 17 marronniers sains, octogénaires pour certains.

Le collectif « Les Marronniers de Gambetta » est mobilisé depuis décembre 2017 pour tenter de sauver ces arbres, qui nous apportent des services écosystémiques de grande valeur (stockage du carbone, îlot de fraîcheur, lutte contre la pollution etc.) et au-delà qui ont le droit au respect en tant qu’éléments emblématiques du vivant, « humains du monde végétal » comme le dit le docteur en sciences naturelles Ernst Zürcher.

Les arguments des maîtres d’ouvrage (ville et métropole de Bordeaux) en faveur de l’abattage des arbres sont peu convaincants :

1- Les marronniers empêcheraient d’admirer les façades historiques de la Place, argument prioritairement utilisé : des arbres emblématiques n’appartiennent-ils pas eux aussi au patrimoine historique de la ville ?

2- Des arbres seront replantés en plus grande quantité : pourquoi ne pas garder ceux qui existent, et en planter davantage ? Couper des arbres matures pour en planter des jeunes est une aberration. Le changement climatique c’est maintenant, pas dans 60 ans quand ces nouveaux arbres auront atteint les mêmes capacités écosystémiques que les marronniers actuels.

3- Des espèces d’arbres plus diversifiées seront replantées : ce seront majoritairement de jeunes arbres exotiques et un alignement de 17 marronniers octogénaires est un ilot de fraicheur bien plus efficace qu’une multiplicité d’arbustes.

 

Nous avons alors lancé une pétition en ligne sur change.org, qui a recueilli à ce jour plus de 6100 signatures (https://www.change.org/p/fdd-ne-laissez-pas-couper-les-marronniers-de-la-place-gambetta).

Nous avons ensuite organisé plusieurs manifestations dont la dernière en date, l’adoption des marronniers menacés, en les nommant en hommage à des personnalités engagées pour la cause des arbres (Francis Hallé, Julia Hill, Wangari Muta Maahtai, Jean Chalendas…). Nous avons alors recueilli une cinquantaine d’adoptions, et avons organisé une cérémonie d’adoption le 27 juin dernier (https://lesmarronniersdega.wixsite.com/adoption).

Nous avons aussi proposé, grâce à un paysagiste, un projet alternatif, qui permettrait de conserver les marronniers.

Nous proposons prochainement un pique-nique festif le 14 juillet à 13 heures sur la Place Gambetta, afin de continuer la sensibilisation, et profiter peut-être une des dernières fois de l’ombre de nos chers marronniers. (https://www.facebook.com/events/1879065569064866/)

Mais, malgré la mobilisation et la contestation, Alain Juppé fait la sourde oreille.

Les seules fois où il s’est exprimé, c’est en réponse aux groupes écologistes de la Ville et de la Métropole, qui ce sont, comme nous, opposés à l’abattage des marronniers sains.

A l’occasion du Conseil Municipal, le groupe écologiste de la ville de Bordeaux a fait des propositions pour conserver au moins 6 marronniers de la face Nord de la Place. Alain Juppé a répondu en disant que le projet était lancé, et que rien ne pourrait le modifier. En Conseil de Bordeaux Métropole, il a indiqué aux écologistes sur un ton méprisant que la seule chose qu’il leur restait à faire pour tenter de sauver ces marronniers était de s’enchainer aux arbres…

C’est pourquoi nous vous sollicitons, afin de soutenir et diffuser notre mobilisation, et qu’Alain Juppé comprenne que les pouvoirs publics se doivent d’écouter les citoyens, surtout quand un collectif reçoit l’appui de plus de 6000 personnes.

De plus, alertés par une riveraine des Chartrons sur l’abattage massif d’arbres anciens dans un jardin privé de la Rue Joséphine, nous avons lancé une seconde pétition pour sensibiliser les habitants sur le devenir de ces arbres (https://www.change.org/p/mairie-de-bordeaux-sauvons-les-arbres-de-la-rue-jos%C3%A9phine).

Attachés au peu d’espaces verts de notre ville, inquiets face aux abattages systématiques d’arbres sains et anciens dans le cadre de projets d’aménagement, et soucieux de donner une place plus importante à la Nature et aux arbres en ville, nous avons décidé d’élargir l’action de notre collectif.

C’est pourquoi nous avons créé le collectif « Aux Arbres Citoyens ! Bordeaux ».

Celui-ci a pour but de sensibiliser les citoyens et les élu.e.s à la protection des arbres de Bordeaux, et de veiller aux actions de la mairie et de la métropole en ce qui concerne la gestion des espaces verts. Parce que les arbres et la Nature en ville ne sont pas une variable d’ajustement des projets urbains, et que l’adaptation au changement climatique est un enjeu majeur de notre temps.

Il nous semble important d’unir nos forces.

Nous vous invitons à rejoindre notre action, notamment sur la Place Gambetta, place emblématique et historique de notre ville, en signant la pétition, en partageant les informations autour de vous, et en nous rejoignant sur place pour pique-nique festif du 14 juillet.

Nous sommes aussi disponibles pour une rencontre. Toutes les idées sont les bienvenues !

Pour cela, vous pouvez nous contacter :

–          Par mail : lesmarronniersdegambette@gmail.com

–          Sur Facebook : Les Marronniers de Gambetta (https://www.facebook.com/profile.php?id=149707062355748)

–          Sur Twitter : @MarronniersBdx (https://twitter.com/MarronniersBdx)

Nous vous remercions pour le temps que vous avez pris à nous lire.

Bien sincèrement,

Le collectif « Aux Arbres Citoyens ! Bordeaux »

Magali, Jean-Pierre, Mélanie, Patrick, Guillaume, Georges, Raphaël, Bernard, Martine, Audrey