Posts Tagged 'ostréiculture'

« Les réserves nationales naturelles » conférence débat le 4 octobre 2017 à 18 h à Andernos les bains salle du Broustic

Mercredi 4 octobre 2017, de 18h00 à 20h00, Salle du Broustic à Andernos-les-Bains, Jean-Marc GILLIER, directeur de la RNN du Lac de Grand-Lieu, propriété de l’Etat et du Conservatoire du littoral viendra nous parler de la gestion des conflits d’usage sur la réserve nationale du lac de Grand-Lieu.
Nous avons choisi de prendre l’exemple de cette RNN située à Bouaye en Loire-Atlantique, loin des remous provoqués par la publication du nouveau décret du Banc d’Arguin. Il s’agit de dépassionner le débat. Venez nombreux !

Nous avons pensé, en participant avec les autres associations à l’organisation de cette conférence débat, dépassionner le débat et arriver à jeter les bases d’une méthode de gestion des conflits d’usage. Ces derniers se multiplient l’été sur le rivage : drônes arrivant au milieu du pique-nique familial, kite surfeurs surfant à 2 mètres de la plage  au Bétey, scooteurs des mer ne respectant pas la législation (3 noeuds dans le chenal du Bétey par exemple) …  Ce qui se passe au Banc d’Arguin ne fait que préfigurer l’apparition de beaucoup d’autres conflits. L’augmentation de la population, les nouveaux plaisirs de la glisse engendrent des nuisances perturbant hommes et  bêtes… Partageons l’espace (partage dans le temps, partage de lieux)  et respectons la législation mais ne laissons pas des outils de loisir  détruire des espaces naturels et leurs premiers occupants.

Pour en savoir plus :

Une réserve naturelle nationale est un outil de protection à long terme, d‘espaces, d’espèces et d’objets géologiques rares ou caractéristiques, ainsi que de milieux naturels fonctionnels et représentatifs de la diversité biologique en France. Les sites sont gérés par un organisme local en concertation avec les acteurs du territoire. Ils sont soustraits à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader mais peuvent faire l’objet de mesures de réhabilitation écologique ou de gestion en fonction des objectifs de conservation.

Il existe 167 RNN en France, dont 21 en Nouvelle-Aquitaine, 6 en Gironde, et 2 dans le Bassin d’Arcachon : les Prés salés d’Arès et le Banc d’Arguin.
La première réserve naturelle nationale a été classée en 1961 en région Rhône-Alpes (RNN du lac Luitel).
En Gironde :
1972, Réserve naturelle nationale du Banc d’Arguin
1976, Réserve naturelle nationale de l’Étang de Cousseau
1982, Réserve naturelle nationale géologique de Saucats et La Brède
1983, Réserve naturelle nationale du Marais de Bruges
1983, Réserve naturelle nationale des Prés salés d’Arès et de Lège-Cap-Ferret
2009, Réserve naturelle nationale des Dunes et Marais d’Hourtin

Dès 1926, la Société nationale de la protection de la nature (SNPN) jetait les bases de ce qui allait devenir la plus célèbre réserve de France et l’une des plus fameuses d’Europe : la RNN de Camargue.
La SNPN gère deux réserves naturelles en zone humide, la RNN de Camargue et la RNN du Lac de Grand Lieu. Elles ont pour vocation la préservation de ces milieux et de la faune qui en dépend.
Classé en 1980, le lac de Grand-Lieu est situé à 15 km au sud de Nantes, sur la commune de Saint-Philbert de Grand-Lieu. Il s’étend en hiver sur une surface de plus de 6 000 hectares et devient alors le plus grand lac naturel de plaine français.

A l’origine du classement de la plupart des RNN de la région Aquitaine, la fédération SEPANSO assure la gestion complète, pour le compte de l’État, de trois d’entre elles situées en Gironde.
La Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin englobe l’ensemble des Îlots sableux qui se forment à l’entrée du bassin d’Arcachon, entre la pointe du Cap Ferret et le continent, ainsi que la partie maritime comprise autour de ces îlots. C’est un important lieu de nidification d’oiseaux protégés comme la sterne caugek, l’huitrier-pie ou le gravelot à collier interrompu. La réserve est également un site d’importance pour beaucoup d’espèces hivernantes et migratrices. Les premières s’y reposent l’hiver en attendant que les vasières nourricières se découvrent tandis que les secondes s’y accordent une halte le temps de recouvrer les forces nécessaires à leur voyage.
Le décret n° 86-53 du 9 janvier 1986 portant création de la réserve est abrogé. Un nouveau décret a été signé le 10 mai 2017.
Deux arrêtés préfectoraux sont édités pour renforcer la protection des oiseaux et pour autoriser, jusqu’au 31 décembre 2017, l’exercice de la pêche dans le périmètre de la réserve.
Composition du comité consultatif de la RNN :
Préfecture, Conseil régional, Conseil départemental, Commune de La Teste de Buch, Commune de Lège-Cap Ferret, DDTM, DREAL, Brigade nautique, CSRPN, Université de Bordeaux, PNM BA, PNRLG, SEPANSO, Ste Linnéenne, UNCFS, CRC, CDPMEM33, UBA, UNAM33, BAE, ADPPM, UPNBA.

 » Ecologie en débat  » a pour vocation d’organiser et d’animer des réunion-débats centrées sur l’écologie, dans le périmètre du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre.
http://ecologieendebat.blogspot.fr/

Associations partenaires de la conférence débat :
Ecocitoyens du Bassin d’Arcachon http://www.ecocitoyensdubassindarcachon.org/

Le Bétey, plage boisée à sauvegarder
hcf0712@aol.com https://lebetey.com/

Betey Environnement
http://betey.environnement.free.fr/

Publicités

le banc d Arguin : l’avis du commissaire enquêteur favorable avec réserves

Hélas, les réserves portent sur la réserve des oiseaux !

http://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Autres-enquetes-publiques/Projet-de-modification-de-la-reserve-naturelle-nationale-du-Banc-d-Arguin

rappel de notre participation à l’enquête publique

L’association de protection de la nature, « Le Betey, plage boisée à sauvegarder » a plus de 7 ans. Elle s’est donnée pour missions – d’une part de sauvegarder le patrimoine naturel du Betey et du Bassin d’Arcachon et en particulier la plage boisée du Betey, menacée par l’extension du port de plaisance, – d’autre part de promouvoir dans le public la connaissance de la nature et la nécessité de sa sauvegarde.
Elle a donc intérêt à agir en donnant son avis sur le projet de modification de la réserve naturelle du Banc d’Arguin.
Que la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin située sur le domaine public maritime soit devenue un site d’importance communautaire est une reconnaissance de fait. En effet, ce site constitue une étape pour les migrateurs et une destination pour les hivernants. Il se situe sur une des deux autoroutes Nord-sud de la migration en France. C’est donc pour certains oiseaux un site d’importance internationale et c’est pour cette raison que la réserve fut créée.

Pour ce qui est des humains : l’occupation des lieux est problématique. En effet, ce lieu qui devrait permettre la cohabitation des oiseaux et des plantes, des ostréiculteurs et des plaisanciers voit certains occupants supplanter les autres.
Les plaisanciers : de juin à septembre, les parties émergées du Banc d’Arguin sont envahies par les bateaux à moteur et la plupart d’entre eux ne respecte pas la règlementation: la vitesse dépasse 5 nœuds et les bateaux s’agglutinent tout autour du banc.
La présence de bateaux sur les lieux de nourrissage des sternes engendre une turbidité de l’eau et du clapot. Ce type de comportement perturbe la pêche des sternes, compromet l’élevage des jeunes et la survie de l’espèce. Le jet-ski, le scooter des mers sont des pratiques bruyantes, polluantes et grandes consommatrices de carburants. Les plaisanciers débarquent et occupent l’estran : ballade ou pêche à pied; parfois, les kites-surf évoluent dans quelques décimètres d’eau : les limicoles ne peuvent plus se nourrir à la limite entre la mer et la terre. Cette situation est également visible sur d’autres plages du bassin. Par exemple, sur la plage boisée du Bétey à Andernos-les-bains. A marée montante les gravelots à collier interrompu et d’autres limicoles se nourrissent à la limite de l’eau. Lorsque les kite-surfeurs sont là, on voit ces oiseaux arriver en vol, survoler le site et repartir, revenir et repartir, effrayés par les voiles des kites surf. On pourrait également dire que certains kites-surfeurs effrayent également les baigneurs. Il n’est pas nécessaire de restreindre encore l’accès des oiseaux à la nourriture.

En résumé, sur le site du banc d’Arguin, le comportement des plaisanciers évoque plus des épisodes du gendarme à  Saint-Tropez que celui de personnes respectueuses de la législation, du calme et bien-être de leurs voisins et de la nature.

En ce qui concerne les ostréiculteurs : (Titre VIII du projet)
La superficie occupée par l’ostréiculture est d’environ 65 hectares aujourd’hui. Cela affecte grandement la réserve naturelle. Envasement, consommation d’une grande quantité de phytoplancton par les huîtres et comportement négligent de certains ostréiculteurs Certains d’entre eux, abandonnant leurs parcs et leur matériel, font rougir les autres (propos recueillis par le rédacteur).
Nous notons dans le projet une diminution de la surface attribuée à l’ostréiculture (45 hectares). Toutefois, le décret devrait reprendre les recommandations du Conseil National de Protection de la Nature (p 136 du rapport de présentation). Dans un souci d’équité, une même entreprise ne devrait pas avoir plus d’une concession.
.
Nous sommes favorables à l’interdiction du mouillage de nuit (comment vérifier que tous les bateaux sont équipés de toilettes recueillant les eaux noires ? Comment vérifier qu’il n’y a pas de débarquement nocturne ?) , favorables à l’interdiction de la pêche à pied, destructrice des milieux et prélevant la part qui revient aux oiseaux, mais demandons une interdiction du jet ski et du kite-surf.

Enfin, il paraît primordial de convaincre chaque plaisancier, chaque ostréiculteur que ce lieu magique est un lieu unique en Europe, un lieu fragile, un lieu que l’on partage. Nous avons un devoir vis-à-vis des générations futures d’accueillir les populations aviaires et de leur conserver leur habitat. Nous proposons donc de former les plaisanciers non seulement aux dangers de la mer mais également à la fragilité du site.

En conclusion, nous vous demandons d’émettre un avis favorable à ce projet de modification de la réserve naturelle nationale du BANC D’ARGUIN avec des modifications du projet de décret:
réglementer la vitesse,
interdire le jet-ski et continuer à interdire le kite-surf,
contingenter le débarquement sur les terres émergées des plaisanciers ET surtout former les plaisanciers
faire de la pédagogie, mais aussi de la répression rapide.
enfin, n’autoriser que le débarquement des bateaux à voile ou à pagaie et bien sûr des bateaux de sauvetage.

Trois ans pour élever une huître

Photo17_17
L’huître creuse Crassostrea gigas est un coquillage hermaphrodite : en fonction des années, elle change de sexe. Vers la mi-juillet les huîtres femelles pondent des milliers d’œufs dans l’eau de mer ; la fécondation a lieu dans l’eau. En 24 h, une petite larve d’huître est formée.

Ce stade larvaire va durer une vingtaine de jours. En pleine mer. Dans un premier temps, la larve a la forme d’un D. Elle présente une coquille avec deux valves, une charnière et un velum, sorte de voile cilié qu’elle déploie hors de sa coquille pour nager et capter sa nourriture. Un pied se développe à côté du velum, qui va permettre à la larve de ramper sur le support qu’elle va choisir pour se fixer. 10 à 15 % des larves arrivent à ce stade.
Le captage Ces larves errent au gré des courants à la recherche d’un endroit où se fixer. En milieu naturel, l’ostréiculteur leur founit des supports appelés collecteurs : tuile romaine enduite de chaux, lamelles en matière plastique, pieux

Une fois fixée, la larve subit de dernières transformations : le velum disparait, le pied secrète un ciment pour assurer la fixation définitive puis disparait à son tour, une nouvelle coquille se forme, les branchies apparaissent, la larve devient un naissin.
Lhuître se nourrit essentiellement de plancton ce qui nécessite deux actions : pompage et filtration. L’huître pompe l’eau de mer et la fait circuler au milieu de ses branchies qui vont capter l’oxygène dissous nécessaire à sa respiration et les particules nécessaire à son alimentation. Les aliments sont ensuite transportés jusqu’à sa bouche.
Détroquage. Au bout de 4 mois, elle atteint 2 à 4 cm soit 200 fois sa taille initiale. L’ostréiculteur détache alors le naissain du collecteur pour le mettre en demi-élevage dans des zones riches en plancton pendant un à deux ans. Cette opération peut se faire manuellement ou semi-automatiquement. Elle peut être, pour l’huître, une source de stress.
L’élevage les méthodes varient : on place les huîtres dans des poches sur l’estran (la portion de côte découverte par la mer à marée basse), ou bien en eau profonde ou encore suspendues sous des flotteurs dans des profondeurs plus importantes.
L’affinage Au bout de trois ans, les huîtres adultes sont placées dans des bassins d’affinage dits « claires », c’est-à-dire dans des eaux moins salées et plus riches en plancton.
Puis, les huîtres sont entreposées dans des bassins contenant une eau de mer de très bonne qualité. Elles sont alors lavées, triées, calibrées, rangées à plat, valves creuses en dessous, et offertes aux touristes. Elles peuvent être également conditionnées dans des paniers scellés et expédiées aux consommateurs ou aux détaillants.
La distribution Un tiers de la production est destiné à la restauration, un autre tiers aux poissonneries et aux marchés et enfin un tiers à la grande distribution (grandes et moyennes surfaces).

Oléron la lumineuse des nouvelles de notre correspondant local

L’odeur des pins emplit mes narines. Parfum de soleil enrichi de celui des Immortelles. Encore quelques mètres et mes pieds entrent en contact avec le sable moelleux et chaud de la plage de Plaisance. L’anse de la Malconche me sourit sous la brise. Sous tribord le fort Boyard et la pointe des saumonards, l’île d’Aix, Fouras. Par bâbord le port du Douhet puis le phare de chassiron. Droit devant, au delà du sable blond, les dégradés bleus verts de l’océan et au loin, La Rochelle et Ré. Ma conscience est pleinement éveillée à ces couleurs, ces parfums et surtout à cette lumière chaude et douce qui inonde mon champ visuel… Alors je me glisse dans l’eau de mer avec un soupir de relâchement et de joie sans partage!Phare de Chassiron
Voila ce que m’offre Oléron la Lumineuse, chaque année depuis 40 ans. Pas étonnant que j’y sois très attaché! Un site aussi paradisiaque a tout d’une réserve naturelle. Mais pour cela, il faut l’accord des Affaires Maritimes. Et ces dernières viennent d’en décider autrement ! L’anse est en effet sous le coup d’une offensive ayant pour objet l’industrialisation massive de la production d’huîtres triploïdes au profit des plus gros producteurs locaux et nationaux, et avec l’appui de capitaux internationaux. 400 millions d’euros vont être investis au cours des cinq prochaines années pour créer un parc géant dédié à la conchyliculture. Ce dernier va générer 500 à 800 tonnes de vase par jour à quelques hectomètres de la dernière côte familiale de l’île!

Deuxième île de France par sa superficie après la Corse, Oléron ressemble à un losange orienté quasi nord-sud. La côte ouest est exposée à l’océan, un bonheur pour les sports nautiques, mais plus difficile d’accès pour les familles. Pour la côte est de l’île, toute les plages du sud de Boyardville ont été colonisées par les cultures ostréicoles. Bien des sites ne sont plus exploitables par les ostréiculteurs, car jusqu’à 2 mètres de vase on progressivement recouvert leurs tables. Et impossible de s’y baigner, c’est trop dangereux! Il ne reste donc plus aujourd’hui que l’anse abritée de la Malconche pour accueillir les familles avec de petits enfants ou les personnes âgées. Mais plus pour longtemps!

Il y a 40 ans, la pêche au sens large était le moteur économique du département. La Cotinière était le second port crevettier de France. Aujourd’hui, la principale activité de la Charente Maritime est devenue le tourisme. Malgré cela, La Préfecture, les Affaires maritimes, soutenus par l’IFREMER dont les capitaux viennent pour une part importante de multinationales comme Unilever ont validé le projet de parc conchylicole, contre tout bon sens économique!

Pourtant, les bienfaits attendus sont faibles. Depuis que le public veut manger des huîtres en toute saison, les labos ont développé les diploïdes, triploïdes et tétraploïdes. Ces huitres stériles ne sont donc pas laiteuses une fois l’été venu. En revanche, il faut acheter les naissains au prix fort. Quand ceux-ci se développent à l’abri d’écloseries, le taux de survie est élevé. Malheureusement, en pleine nature, ce sont 90% de ces bébés éprouvettes qui périssent. L’IFREMER espère que le nouveau site de la Malconche permettra de ne perdre que 80% de ces naissains. C’est sur cet espoir insensé, que le projet a été bâti, au profit des industriels, mais pas de la population. Les élus locaux s’opposent à un projet dont le lancement s’est fait brutalement sans aucune consultation ni annonce. Les petits ostréiculteurs qui visent la qualité ont besoin d’un soutien, mais plutôt pour moderniser les parcs actuels que pour ces investissements qui ne leurs sont pas destinés. Enfin, c’est tout le potentiel touristique de l’île qui va en être affecté.

Tout cela n’a pas beaucoup de sens. Mais 400 millions d’euros ouvrent bien des portes! Une telle somme aurait vocation à être investie au profit de la première activité économique du département. Lorsqu’il était question que la France accueille les Jeux Olympiques, un projet de bassin de plaisance international avait été envisagé. Habilement complété d’un soutien aux producteurs locaux les intégrant au paysage touristique, cet investissement aurait un pouvoir d’entrainement économique bien plus fort et pérenne que de prendre à Pierre et à Paul au profit de « Industries SA »!

J’accuse! Les affaires Maritimes pour leur rôle de juge et partie! L’IFREMER pour le miroir aux alouettes que représente cette proposition sans garanties de bébés éprouvettes voués à mourir à 80% au lieu de 90% ! La Préfecture pour vendre un des joyaux touristiques de la côte pour un bénéfice qui ne reviendra jamais en Charente Maritime! Toutes ces parties sont en train de construire une « étoile noire » au vu et au su de tous. Oléron la Lumineuse? Plus pour bien longtemps…

Une association s’est créée pour essayer de ralentir ce projet insensé. Elle n’a que peu de moyens. Pour vous qui me faites l’amitié de lire ces quelques lignes, merci de faire circuler cette information aussi largement que possible! Toutes vos idées et propositions seront chaleureusement écoutées et votre soutien est bienvenu!!!!

Et si on ne mangeait des huîtres que les mois en R? L’aile ou la cuisse?

Laurent Boudoin

MOIS DU PATRIMOINE A ANDERNOS-LES-BAINS Exposition virtuelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plage du Betey en 1910

 

Une synthèse sur la situation (qualité des eaux, liqueur noire et warf de la Salie)

2012 26 juillet SMURFIT KAPPA    Présentation SKCP juillet 2012

   
Une synthèse claire bien qu’un peu longue  de la situation par le site caducee.net :
http://www.caducee.net/breves/breve.asp?idb=10961&mots=all

et toujours le reportage de Stéphane Scotto (que d’aucuns confondent encore avec Vincent Scotto) qui résume très bien les problèmes du bassin en mettant le doigt sur les causes  de la mauvaise qualité des eaux du bassin.

LES VERTS EN CAMPAGNE

27 février 2010
SUD BASSIN (33) – Monique De Marco et Marie Bové en visite dans le Sud Bassin le 2 mars

Monique De Marco, tête de liste régionale et Marie Bové, tête de liste départementale d’Europe Écologie, accompagnées de Michel Daverat, Françoise Coineau et Jean-Paul Dugoujon, colistiers, consacreront leur journée du 2 mars prochain au Sud Bassin.

A 9h30 : embarquement au port de La Teste en direction des parcs avec des ostréiculteurs.
A 11h00 : au port d’Arcachon avec les pêcheurs.
A 13h00 : déjeuner-débat dans un restaurant de La Teste (15€, réservation au 06 61 54 27 77).
A 15h30 : au port de Canal à Gujan-Mestras devant la cale Couach.
De 18h30 à 20h30 : multi-forum avec les candidats Europe Écologie, salle des fêtes de Gujan-Mestras.
La Région a compétence sur le développement économique : quel avenir pour l’ostréiculture ? Les pêcheurs peuvent-ils eux aussi se lancer dans les circuits courts ? Quelle place pour le tourisme et pour la construction navale ?

Les transports collectifs, la formation professionnelle, la construction des lycées sont aussi de la compétence de la Région.

Venez nombreux, nous tenterons de répondre à vos questions

Mardi 2 mars 2010 à 18h30

salle des fêtes de Gujan-Mestras

La journée se terminera par un buffet convivial et ostréicole