Posts Tagged 'kite surf'

RENOVATION EXTENSION DU PORT DU BETEY

le  schéma présente une extension de 10 mètres vers le sud c'est à dire sur la partie bétonnée. pas de constructions ni de modifications de la calle de mise à  l'eau.
schéma de rénovation extension du port du Bétey présenté le 14 février 2019 en mairie d’Andernos-les-bains



Réunion le 14 février 2019 au matin à la mairie d’Andernos avec Monsieur Jean-Yves Rosazza, maire, Monsieur Cyril Clément, directeur du Syndicat mixte des ports du Bassin d’Arcachon, un représentant du parc marin, un représentant de la société Ander nautic, deux professionnels de la mer, les usagers du port, Marie Hélène Ricquier  Ecocitoyens du Basssin d’Arcachon et/ou usager du port et Clarisse Holik, Le Bétey, Plage boisée à sauvegarder .
Le port serait rénové avec mise en place d’un ponton parallèle au quai et extension vers le sud de 10 mètres …

Tous les participants étaient d’accord pour placer  une aire de carénage  uniquement au port d’ostréicole
pour un recueil efficace des eaux noires et grises et pour des replantations sur la rive nord qui empêcheraient le sable de tomber dans le port.
la rectification de la cale de mise à l’eau, évoquée par les professionnels, n’est pas possible car trop coûteuse (il faudrait remanier complètement le terrain)

Le projet en lui-même  : l’ esquisse est correcte mais une extension de 10 mètres parait excessive car 6 mètres suffiraient pour insérer le ponton et autres améliorations.

Arguments : contre une  extension  à 10 mètres et non à 8 comme nous l’avions évoqué lors de notre visite des lieux avec l’élu responsable des ports et du littoral.
Effectivement, cette extension permettrait de meilleures manoeuvres et permettrait éviter les chocs et les accidents mais cela reporte sur la partie herbée le stationnement (même si ce dernier est vert) et donc les infiltrations de résidus d’huile et de carburant.
Cela permet aussi à de plus gros bateaux de venir dans le port : ajouté au changement de tarif, cela modifie le statut social des usagers… C’est un point dont il faut tenir compte.

l’avenir du port : la submersion marine, l’élévation du niveau de la mer sont-ils pour cette partie du bassin quelque chose d’inéluctable ou bien  non ? Il faut se préparer à  toutes les éventualités

une réflexion sur la navigation dans le nord bassin
Il est dommage que cette rénovation ne s’accompagne pas d’une réflexion sur la navigation dans le nord bassin.
Compte tenu de l’incertitude concernant l’élévation du niveau de la mer , de la fluidité des vases, de la disparition de la zostère, du fait que ces plages demeurent des zones de refuge pour les oiseaux de mer et compte tenu également de l’augmentation constante de la population, il faudrait limiter la taille des bateaux dans le nord bassin (limiter la vitesse ou limiter la capacité des moteurs, interdire les jets skis et limiter la pratique du kite surf) afin que l’espace soit partagé par tous.

une réflexion sur l’éducation au bassin pour tous et tout au long de la vie :

le permis bateau est une condition nécessaire mais non suffisante à la navigation sur le bassin.
un cours obligatoire sur le bassin, sa courantologie et sa fragilité, la présence de la zostère, des baigneurs etc… devrait être dispensé à tous les navigateurs à chaque première mise à l’eau

une réflexion sur la lutte contre la canicule :

de nouvelles plantations vont aider à lutter contre les chaleurs excessives Toutefois cette question mériterait d ‘être traitée au niveau du Bassin.
Il est dommage que le directeur du SMPBA n’évoque que l’aspect sécuritaire et non l’aspect environnemental dans cette rénovation : la qualité des eaux de baignade, l’ostréiculture et la biodiversité vont gagner énormément si une mise aux normes environnementales européennes est réalisée.
Les cygnes, le martin pécheur et les aigrettes garzette  qui vivaient dans le port et qui ont disparu vont peut être revenir…

Nous proposons dans un premier temps.

de réduire le stationnement  de manière à ce que la vue depuis l’allée des Genets soit préservée et que cet espace soit  réservé pour les enfants, les piétons et la nature..
de réserver une place pour des toilettes sèches du côté sud  (nous y tenons !)


le banc d Arguin : l’avis du commissaire enquêteur favorable avec réserves

Hélas, les réserves portent sur la réserve des oiseaux !

http://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Autres-enquetes-publiques/Projet-de-modification-de-la-reserve-naturelle-nationale-du-Banc-d-Arguin

rappel de notre participation à l’enquête publique

L’association de protection de la nature, « Le Betey, plage boisée à sauvegarder » a plus de 7 ans. Elle s’est donnée pour missions – d’une part de sauvegarder le patrimoine naturel du Betey et du Bassin d’Arcachon et en particulier la plage boisée du Betey, menacée par l’extension du port de plaisance, – d’autre part de promouvoir dans le public la connaissance de la nature et la nécessité de sa sauvegarde.
Elle a donc intérêt à agir en donnant son avis sur le projet de modification de la réserve naturelle du Banc d’Arguin.
Que la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin située sur le domaine public maritime soit devenue un site d’importance communautaire est une reconnaissance de fait. En effet, ce site constitue une étape pour les migrateurs et une destination pour les hivernants. Il se situe sur une des deux autoroutes Nord-sud de la migration en France. C’est donc pour certains oiseaux un site d’importance internationale et c’est pour cette raison que la réserve fut créée.

Pour ce qui est des humains : l’occupation des lieux est problématique. En effet, ce lieu qui devrait permettre la cohabitation des oiseaux et des plantes, des ostréiculteurs et des plaisanciers voit certains occupants supplanter les autres.
Les plaisanciers : de juin à septembre, les parties émergées du Banc d’Arguin sont envahies par les bateaux à moteur et la plupart d’entre eux ne respecte pas la règlementation: la vitesse dépasse 5 nœuds et les bateaux s’agglutinent tout autour du banc.
La présence de bateaux sur les lieux de nourrissage des sternes engendre une turbidité de l’eau et du clapot. Ce type de comportement perturbe la pêche des sternes, compromet l’élevage des jeunes et la survie de l’espèce. Le jet-ski, le scooter des mers sont des pratiques bruyantes, polluantes et grandes consommatrices de carburants. Les plaisanciers débarquent et occupent l’estran : ballade ou pêche à pied; parfois, les kites-surf évoluent dans quelques décimètres d’eau : les limicoles ne peuvent plus se nourrir à la limite entre la mer et la terre. Cette situation est également visible sur d’autres plages du bassin. Par exemple, sur la plage boisée du Bétey à Andernos-les-bains. A marée montante les gravelots à collier interrompu et d’autres limicoles se nourrissent à la limite de l’eau. Lorsque les kite-surfeurs sont là, on voit ces oiseaux arriver en vol, survoler le site et repartir, revenir et repartir, effrayés par les voiles des kites surf. On pourrait également dire que certains kites-surfeurs effrayent également les baigneurs. Il n’est pas nécessaire de restreindre encore l’accès des oiseaux à la nourriture.

En résumé, sur le site du banc d’Arguin, le comportement des plaisanciers évoque plus des épisodes du gendarme à  Saint-Tropez que celui de personnes respectueuses de la législation, du calme et bien-être de leurs voisins et de la nature.

En ce qui concerne les ostréiculteurs : (Titre VIII du projet)
La superficie occupée par l’ostréiculture est d’environ 65 hectares aujourd’hui. Cela affecte grandement la réserve naturelle. Envasement, consommation d’une grande quantité de phytoplancton par les huîtres et comportement négligent de certains ostréiculteurs Certains d’entre eux, abandonnant leurs parcs et leur matériel, font rougir les autres (propos recueillis par le rédacteur).
Nous notons dans le projet une diminution de la surface attribuée à l’ostréiculture (45 hectares). Toutefois, le décret devrait reprendre les recommandations du Conseil National de Protection de la Nature (p 136 du rapport de présentation). Dans un souci d’équité, une même entreprise ne devrait pas avoir plus d’une concession.
.
Nous sommes favorables à l’interdiction du mouillage de nuit (comment vérifier que tous les bateaux sont équipés de toilettes recueillant les eaux noires ? Comment vérifier qu’il n’y a pas de débarquement nocturne ?) , favorables à l’interdiction de la pêche à pied, destructrice des milieux et prélevant la part qui revient aux oiseaux, mais demandons une interdiction du jet ski et du kite-surf.

Enfin, il paraît primordial de convaincre chaque plaisancier, chaque ostréiculteur que ce lieu magique est un lieu unique en Europe, un lieu fragile, un lieu que l’on partage. Nous avons un devoir vis-à-vis des générations futures d’accueillir les populations aviaires et de leur conserver leur habitat. Nous proposons donc de former les plaisanciers non seulement aux dangers de la mer mais également à la fragilité du site.

En conclusion, nous vous demandons d’émettre un avis favorable à ce projet de modification de la réserve naturelle nationale du BANC D’ARGUIN avec des modifications du projet de décret:
réglementer la vitesse,
interdire le jet-ski et continuer à interdire le kite-surf,
contingenter le débarquement sur les terres émergées des plaisanciers ET surtout former les plaisanciers
faire de la pédagogie, mais aussi de la répression rapide.
enfin, n’autoriser que le débarquement des bateaux à voile ou à pagaie et bien sûr des bateaux de sauvetage.

LE BETEY projet d’extension 2010

Projet2010