Posts Tagged 'grenelle de l’environnement'

Le rapporteur de la cour administrative de Bordeaux demande de nouveau l’annulation du SCOT du Bassin d’Arcachon

Le Scot avait déjà été annulé par le tribunal administratif en 2015. Le Sybarval, Syndicat mixte du Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, avait fait appel. Le rapporteur public de la cour administrative d’appel demande à nouveau l’annulation du SCOT

L’étalement urbain préconisé ou autorisé par le SCOT est contraire à la protection de la nature et aux lois de l’urbanisme.

Qu’est ce que le SCOT ?  Le schéma de cohérence territoriale se veut,  en matière d’aménagement d’un territoire (en matière de développement tant urbain que commercial), être le cadre supérieur dans lequel devraient s’inscrire les PLU locaux. De fait sur le bassin, c’est un peu l’inverse qui s’est produit : lorsque l’on lit les cartes, on a l’impression que celles du SCOT ont été calqués sur les PLU locaux. Est-ce pour cela que, ne respectant ni la loi Littoral, ni le code de l’urbanisme, ils ont du être réécrits ?

Protection de l’environnement

Le tribunal administratif de Bordeaux saisi par plusieurs associations dont la CEBA (Coordination Environnementale du Bassin d’Arcachon) avait annulé dans sa totalité le document, déplorant notamment que l’étalement urbain qu’il préconise ou rend possible s’oppose parfois aux impératifs de protection de l’environnement. Les promoteurs du SCOT avaient fait appel de ce jugement.

Le rapporteur public de la cour d’appel n’a guère été plus clément, pointant notamment les lacunes du rapport de présentation. Même s’il a modéré quelques points soulevés par le tribunal, notamment sur la commune d’Andernos, il a demandé la confirmation de la décision.

« Depuis le début, nous alertons sur les lacunes de ce document qui a pourtant coûté des millions au contribuable et des années de travail », s’est insurgé Me Jacques Storelli, l’un des avocat des associations environnementales .

 

conférence environnementale

La Conférence environnementale 2014 qui s’est ouverte aujourd’hui est un moment fort, vous le savez, pour les défenseurs de la nature et de l’environnement que nous sommes. Un moment d’espoir aussi.
Je vous invite (à titre personnel) à lire cet article et à visionner l’intervention de Hubert Reeves à la séance d’ouverture de la Conférence environnementale :
http://www.humanite-biodiversite.fr/article-asso/hubert-reeves-a-la-conference-environnementale
Je vous encourage ensuite à le diffuser autour de vous.

Conseil municipal du lundi 18 mars 2013

Avant même d’avoir l’avis du commissaire enquêteur le conseil municipal vote pour ou contre l’extension du port de plaisance au détriment de la plage boisée du Bétey.
Rappelons que 5500 personnes dont plus de 1000 andernosiens ont signé une pétition contre cette extension !

Protégé : 2012 in review

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Le projet de SCOT ENQUETE PUBLIQUE du 17 décembre 2012 au 4 février 2013

>Quelques mots glanés sur un autre site : Nous préférons la forêt…aux galeries marchandes géantes,  > des centre-villes animés et conviviaux… à toujours plus de centres commerciaux excentrés et sans âme,
> la nature vraie autour de et dans la ville… aux lotissements sans fin,> des espaces de nature entre deux villes… à un golf de plus, inutile et polluant,
> le silence, la quiétude… aux bruits urbains toujours croissants,  > une qualité de vie …aux embouteillages de plus en plus nombreux,
> de meilleurs transports publics… à toujours plus de route et de rocade de contournement…
>
> … C’est peut-être que le moment est venu en face de cette pensée unique qui propose  depuis 40 ans toujours le même projet de vie, et qui sévit encore avec le SCOT en préparation
> de dire à ce moment précis que l’on veut passer à autre chose…

le scot schéma de cohérence territoriale  fixe l’ensemble des conditions de développement du territoire dans les 20 ans à venir et servira de cadre réglementaire pour tous les PLU.

une  enquête permet à tous les citoyens concernés (17 communes) d’exprimer leurs observations sur ce projet essentiel pour l’avenir du Bassin

A Andernos-les-bains, on pourra consulter le dossier, donner son avis par écrit sur le régistre d’enquête ou par courrier à la Mairie d’Andernos ou au siège du Sybarval, 46 avenue des colonies à Andernos, et pour ceux qui le souhaitent, rencontrer le commissaire enquêteur au Sybarval le 17/12 et le15/01 de 9h à 12h ainsi que le 4/02 de 14h à 17h.

Les principales dispositions proposées,  contestées et par les associations de protection de la nature et par les associations de commerçants sont les suivantes :

–  une large extension d’urbanisation (38000 logts supplémentaires) qui offre un afflux massif de population de près de 100000 hab et portera la population totale à 250000 habitants.
Cette option, contraire aux préconisations de l’Etat, est déraisonnable et incompatible avec la préservation du milieu naturel fragile du Bassin et la qualité de ses eaux. D’ailleurs 9 Maires sur les 17 se sont exprimés contre.

–  des menaces sur les coupures d’urbanisation, par exemple entre Arès et Andernos :
de larges emprises sur cette coulée verte découlent, d’une part du projet de golf d’Andernos (62ha) et son parc résidentiel associé (270 logt – 40 ha) qui conduit au défrichement de 102 ha de la forêt de production, et d’autre part de l’extension commerciale géante (14,7 ha) du Leclerc à Arès. Quant aux 3 ha du Coulin, ils restent toujours promis à la construction.

–  une amélioration des déplacements privilègiant la route (contournement Est) et non un véritable transport en commun en site propre qui fait tellement défaut dans le Nord bassin.
Bien que ce dernier soit évoqué, il n’est pas envisagé comme prioritaire.

–  trois pôles commerciaux d’envergure sont prévus à Arès, Biganos et La Teste pour attirer les grandes enseignes sur le bassin, mais ils constituent une offre manifestement surabondante par rapport aux besoins réels et entraineront à la fois une désertification des commerces des centre-villes et une augmentation des déplacements et des trafics routiers.

Vous pouvez consulter l’ensemble des documents en particulier le document d’objectifs et d’orientations (DOO) sur le site du Sybarval ici: http://www.sybarval.fr/-Projet-de-SCoT-arrete-le-02-.html

>Quelles réflexions :  l’avis de l’etat : il n’est pas démontré que l’application du Scot n’engendre pas de risques notables

page complétée en cours de semaine
>

Port du Betey : avis de l’autorité environnementale

avis de l-autorit- env du 29 oct (1)

SMURFIT KAPPA again

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les raisons de la manifestation

manifestation 28 juillet 2012 à Arcachon

zones de rejets août 2012
le Lacanau ?

Mousse vers le lacanau

MOIS DU PATRIMOINE A ANDERNOS-LES-BAINS Exposition virtuelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plage du Betey en 1910

 

Une synthèse sur la situation (qualité des eaux, liqueur noire et warf de la Salie)

2012 26 juillet SMURFIT KAPPA    Présentation SKCP juillet 2012

   
Une synthèse claire bien qu’un peu longue  de la situation par le site caducee.net :
http://www.caducee.net/breves/breve.asp?idb=10961&mots=all

et toujours le reportage de Stéphane Scotto (que d’aucuns confondent encore avec Vincent Scotto) qui résume très bien les problèmes du bassin en mettant le doigt sur les causes  de la mauvaise qualité des eaux du bassin.

LE MILIEU MARIN AQUITAIN conférence du 14 avril à Biscarosse

Le comité de vigilance de Biscarrosse avec la ville et l’Office du Tourisme de Biscarrosse organisait samedi 14 avril une conférence débat sur le thème « plaidoyer pour un océan propre, les milieux marins aquitains ». L’occasion d’assister à des présentations sur l’état de l’environnement et des ressources en milieux marins aquitains et sur le problème de la qualité des eaux et des atteintes au milieu marin.

En introduction de cette conférence, M. Dudon, maire de Biscarrosse, rappelait l’importance du travail effectué par le comité de vigilance et rendait hommage à son animateur, René Capo, notamment dans le travail pour contrer les effets du Warff de la Sallie et empêcher le clapage en mer des boues de dragage du bassin d’Arcachon. Il insistait également sur la nécessité de conserver l’héritage de l’environnement que nous laisserons aux générations futures. En cela il s’adressait aux conférenciers en espérant qu’ils pourront présenter quelques assurances pour l’avenir. Mais il rappelait également le rôle de chacun d’entre nous dans la prise de conscience de tous les jours et insistait, au final, sur le nécessaire changement d’optique pour passer d’une vue où sont essentiellement valorisés les enjeux économiques à une vue où les enjeux environnementaux seront également considérés pour trouver le bon équilibre. Il insistait notamment sur l’évolution de fond qui ne pouvait passer que par la jeunesse, ce à quoi s’attellent les collectivités locales notamment auprès des écoles et les collèges. Il attendait de cette conférence qu’elle puisse mettre en évidence les enjeux liés à la conservation des espèces littorales et même intérieures qui font partie de l’héritage que nous laisserons aux générations futures.

Le premier conférencier, Iker Castège, directeur d’un programme régional au Centre de la Mer de Biarritz intitulé: « Environnement et ressources en milieux marins aquitains » venait nous présenter les résultats de ce programme d’études et insistait sur la biodiversité marine particulièrement en Aquitaine. C’est la position de l’Aquitaine et sa géographie qui explique en très grande partie la biodiversité remarquable que l’on peut y constater.

Les éléments explicatifs de cette biodiversité sont :

•la diversité de l’habitat avec les plages de sable fin au nord de l’Adour et les côtes rocheuses du Pays basque,
•la présence d’embouchures de grands fleuves qui, par les panaches en mer et les zones de mélange d’eau salée et douce, déversent une grande quantité d’éléments nutritifs et sont des zones de mélange de bio-habitat,
•la morphologie du plateau continental présentant deux caractéristiques majeures d’une part une étendue vers le large assez restreinte et d’autre part la présence de canyons profonds très près des côtes qui vont favoriser un afflux d’éléments nutritifs très important, le canyon au large du CAP FERRET et le canyon de Capbreton
•La latitude enfin de l’Aquitaine qui se trouve au 45e degré nord dans une zone de limite bio-géographique où les espèces boréales et les espèces méridionales vont pouvoir se retrouver toutes les deux.
Néanmoins cette biodiversité est impacté par divers facteurs aussi bien humains que climatiques. C’est l’objet du programme du Centre de la Mer de Biarritz que de tenter d’en établir les conséquences. Pour cela un suivi des prédateurs supérieurs jusqu’au plus petits organismes comme le plancton est réalisé : relevé d’abondance par observation directe sur zone ou par l’intermédiaire de divers réseaux comme le réseau national des échouages ou le réseau des pêcheurs ; observation sur l’estran pour les plus petits organismes comme les vers ; relevé et analyse des eaux pour le plancton dans des zones ciblées en particulier sur le gouffre de Cap Breton.

L’observation sur les oiseaux marins et les cétacés renseigne sur l’état de santé de l’ensemble de la chaîne alimentaire puisque leur présence serait le signe d’une nourriture abondante. Ces observations servent d’indicateurs et d’alarme en cas de dégradation mais aussi fournissent des éléments pour la détermination des aires maritimes protégées.

Parmi les dégradations et les menaces, on trouve les marées noires comme l’Erika en 1999 et le Prestige en 2002 et les risques liés à la pêche. L’impact des marées noires est particulièrement important sur les oiseaux marins ; il se traduit par un abandon rapide de sites et une remontée beaucoup plus lente des populations. Les risques liés à la pêche accidentelle des cétacés sont difficilement mesurables et la corrélation avec les échouages constatés sur les plages semble ne pas être automatique, les échouages se produisant surtout en période de forte abondance en mer. Il n’empêche, comme l’a précisé Iker Castége, qu’on voit encore trop souvent des cétacés échoués montrant des traces de blessures par filet et qu’il faut continuer à lutter contre ce risque, les pêcheurs eux-mêmes en sont tout à fait conscients, étant les premiers concernés par la perte de filet que cela peut occasionner.

L’impact océano-climatique est quant à lui visiblement très important dans notre région du fait de son positionnement en latitude. L’étude menée démontre qu’on est passé depuis les années 1970 de conditions plutôt dépressionnaires avec forte pluviométrie par exemple à des conditions plutôt anticycloniques ces dernières années. Le constat sur l’évolution des espèces est qu’il y a une corrélation entre l’augmentation d’espèces d’eau chaude et la diminution d’espèces d’eau froide dans notre région. De ce fait 40 à 60 % de l’évolution est expliquée par l’évolution climatique ; l’autre partie étant due à l’activité anthropique.

En conclusion, Iker Castége met en avant la richesse du patrimoine et de la biodiversité sur le littoral aquitain. Mais il insiste sur les changements dus à l’activité humaine ou des événements exceptionnels comme les marées noires qui, intervenant dans un contexte de pression majeure exercée par le changement climatique, conduisent à fragiliser encore plus certaines espèces. De ce fait, on assiste à une certaine perte de biodiversité notamment avec une relative diminution voire disparition d’espèces boréales dans notre région.

Olivier Barrière, biologiste de formation et consultant en environnement, est venu faire un tour d’horizon de la situation réglementaire concernant la qualité des eaux de baignade ainsi qu’un panorama de tous les facteurs de dégradation de la qualité des eaux.
Enfin un film de Bernard Mermod nous a appris que la mortalité des pins et arbres côtiers que l’on peut voir tant sur la plage du Petit Nice qu’à Porquerolles est due à nos lessives.
Celles-ci contiennent des tensio-actifs qui ne sont pas éliminés par les stations d’épuration. Ces produits tensio-actifs se retrouvent dans l’océan et dans les embruns. Les arbres côtiers recoivent les embruns chargés de tensio-actifs. Ces derniers attaquent la pellicule de cire qui recouvre les feuilles ou les aiguilles.
Elles sont fragilisées et sensibles aux attaques du sel marin. Les arbres meurent donc, rongés par le sel.
Enfin la conférence s’est terminée par le lancement de l’appel de Biscarosse
face à l’accumulation alarmante des tteintes portées au milieu marin et aux zones littorales, les membres du collectif Aquitain contre les rejets en mer appelent solennellement à :
-mobiliser les connaissances et les consciences individuelles et collectives afin de changer cette logique irresponsable qui attribue à l’Océan un pouvoir d’épuration infini.
– promouvoir et soutenir toute action visant à limiter l’impact des activités humaines sur le milieu marin
– à mieux maîtriser les activités implantées sur les bassins versants
– à protéger d’urgence les zones littorales
-à mieux évaluer les effets à court, moyen et long terme et à chiffrer le coût réel des atteintes portées à l’Environnement Marin,
-à informer, alerter pour dénoncer tout rejet préjudiciable à l’envionnement au regard de la législation en vigueur en s’appuyant si nécessaire sur des connaissances scientifiques.
Cet appel est un appel à la raiosn : il n’est plus supportable que l’océan demeure l’ultime réceptacle des rejets non dégradables provenant des activités humaines,
Il porte un double espoir, que les plages et océan continuent de nourrir nos rêves d’aujourd’hui et que les générations futures perpétuent le bonheur de pêcher coquillage et crustacés…
le samedi 14 avril 2012

remerciements à Naviguer en Aquitaine, René Capo et tous ceux que j’aurais oublié

http://www.naviguerenaquitaine.com/le-developpement-durable/36-protection-des-eaux/1862-qplaidoyer-pour-un-ocean-propre-le-milieu-marin-aquitainq-a-biscarrosse–1ere-conference-de-iker-castege-1ere-partie.html