Posts Tagged 'warf de la Salie'

Interdiction temporaire de pêche et de consommation des coquillages, à l’exception des huîtres, dans le secteur Arcachon Aval

De notre confrère Infobassin…


Les résultats des analyses effectuées cette semaine par le réseau de surveillance de l’IFREMER ont révélé la contamination des moules, en provenance du banc d’Arguin et des passes, par les toxines lipophiles.

Cette contamination a été reconnue le 25 avril 2018.


En conséquence, le préfet de la Gironde a décidé, ce jeudi 26 avril 2018, après concertation avec les représentants des organisations professionnelles des pêches et de la conchyliculture, d’interdire les activités de pêche et de commercialisation destinée à la consommation humaine, de coquillages, en provenance du secteur ARCACHON AVAL (au sud de la ligne reliant le Moulleau et la jetée de Bélisaire, en incluant les passes et le banc d’Arguin).


La consommation de ces coquillages peut entraîner des désagréments gastriques voire des troubles plus importants chez les personnes plus fragilisées. La cuisson ne détruit pas la toxine.


Les huitres restent consommables

Les analyses réalisées dans les huîtres ne révélant pas de contamination, elles sont exclues de l’interdiction et restent consommables.


Cette mesure sera levée dès lors que les analyses établiront la bonne qualité sanitaire des coquillages dans cette zone.

Défendre la mer en Nouvelle Aquitaine : consultation nationale sur l’avenir du littoral

Submersions marines, urbanisation galopante, raréfaction des ressources… les menaces qui pèsent sur les richesses de la mer et du littoral de Nouvelle-Aquitaine sont nombreuses. Elles mettent en danger tant l’exceptionnelle biodiversité marine que les habitants du littoral du Sud-Ouest.

Défendez vos idées en participant à la consultation publique. Quel avenir pour la mer et le littoral ? Pour la Stratégie Nationale pour la Mer et le Littoral, une consultation publique est proposée du 26 janvier au 25 mars

http://www.dirm.sud-atlantique.developpement-durable.gouv.fr/consultation-publique-le-documentstrategique-de-a871.html

Deux types d’enjeux sont mis en avant: les enjeux socio-économiques et les enjeux environnementaux. Comment choisir quand il faudra extraire des granulats, exploiter de nouvelles ressources halieutiques ou installer des éoliennes ? Aura-t-on la sagesse de préserver l’environnement pour les générations futures ?

ou si vous ne savez pas,  soutenez FNE France Nature Environnement  ( 5 propositions) Jusqu’au 25 mars 2018, #DefendsTaMer

plus d’information sur le site  https://www.fne.asso.fr/actualites/d%C3%A9fends-ta-mer-en-nouvelle-aquitaine

 

1 consolider la loi Littoral et prévenir les risques littoraux

Un communiqué de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT – 21 Février 2018 – 10h01

Sur le littoral de Nouvelle Aquitaine, les crues fluviales s’ajoutent aux phénomènes d’érosion et de submersion marine. Malgré ces risques, l’urbanisation s’intensifie sur la côte. Face à cette double pression, il s’avère capital de préserver le littoral, protéger les populations et de repenser intelligemment l’aménagement du territoire. La loi Littoral est le seul outil qui permet de résister à la fois aux assauts de l’érosion et des submersions marines et à ceux de l’urbanisation. La France doit veiller à sa bonne application mais aussi réfléchir avec les acteurs locaux à des propositions ambitieuses qui consolident cette loi. L’information et la sensibilisation des élus et citoyens ont jusqu’ici été relativement oubliées dans les différents outils de gestion des risques littoraux.
Propositions :
-Mettre en place un contrôle de légalité rigoureux des préfets sur la bonne application de la loi Littoral
-Mener une campagne à l’échelle de la façade pour sensibiliser élus et citoyens

 

2 Offrir un cap, du dialogue et des garde-fous écologiques au développement de l’éolien en mer

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT – 21 Février 2018 – 10h04

Si la transition énergétique est une nécessité qui ne peut se passer du développement des énergies marines renouvelables, il est indispensable de porter une stratégie nationale visible et cohérente sur le sujet. La prise en compte très variable de la biodiversité liée au déficit de connaissance sur le fonctionnement des écosystèmes marins et le manque de concertation font peser une insécurité juridique de nature à allonger les délais de mise en œuvre des projets. Pour permettre à l’éolien en mer de se développer de façon responsable sur la façade Sud Atlantique, il est indispensable d’apporter à ce développement cohérence, dialogue et prise en compte des enjeux écologiques en s’appuyant sur une instance de concertation.
Proposition : Mettre en place une structure de dialogue à l’échelle de la façade maritime sur l’éolien en mer, permettant de définir les stratégies d’accompagnement des appels d’offres et projets, et associant les acteurs locaux, dont les associations environnementa

 

3 – Améliorer la qualité des eaux littorales de la façade Sud Atlantique

Enjeu fort : outre le risque sanitaire, une mauvaise qualité de ces eaux porte préjudice au milieu marin et à l’économie bleue, en particulier l’aquaculture et la pêche. Les milieux aquatiques littoraux disposent d’une biodiversité particulièrement riche, sensible aux apports des milieux terrestres et aux influences anthropiques. Les atteintes à la qualité de l’eau sont surtout d’origines terrestres. Ainsi, l’utilisation excessive d’intrants et de produits phytosanitaires pour l’agriculture ou encore les rejets d’usines et le dysfonctionnement de stations d’épuration mettent à mal la qualité du milieu.

Propositions :

  • Mener avec une fréquence régulière des suivis biologiques des milieux révélateurs de la qualité des eaux ;

  • Mettre en place une politique de réduction des polluants qui arrivent à la mer en suivant le principe pollueur/payeur.

4 – Mieux préserver les aires marines protégées de la façade Sud Atlantique

La façade Sud Atlantique dispose d’un important réseau d’aires marines protégées. Leur préservation est malheureusement affectée par le développement de nombreuses activités humaines sans une véritable prise en compte de la préservation de la biodiversité, ce qui met en danger des habitats, des espèces, des écosystèmes et leurs fonctionnalités. Un certain nombre d’indicateurs les concernant sont dans le rouge. Pourtant, la pression touristique augmente, avec un boom de l’activité de plaisance, des sports de plein air et des loisirs motorisés, et affectent les habitats littoraux, la flore et la faune associées comme les oiseaux qui voient se réduire leurs zones de halte migratoire et de reproduction sur l’estran ou encore les phoques à la période de sevrage.

Pour que le développement des activités humaines dans les aires marines protégées ne se fasse pas au détriment de la nature, il est indispensable de mettre en place une évaluation des impacts de ces activités et donner la possibilité de les réduire voir de les interdire en fonction de l’importance de leurs impacts négatifs sur le milieu marin. En parallèle, il est essentiel d’informer et de sensibiliser le public sur les effets délétères du dérangement, car celui-ci ignore souvent l’importance de la quiétude pour la faune sauvage.

Propositions :

  • La mise en place d’outils et la surveillance accrue des espèces, habitats et écosystèmes marins, notamment ceux à enjeux de conservation, pour rassembler un maximum d’informations sur leur état et ainsi évaluer l’efficacité des mesures de gestion ;

  • Le déploiement d’aires marines éducatives sur la façade Sud Atlantique

  • Je rajoute : le partage géographique du littoral (zone pour les kite surfs et police de la mer pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de débordements, zone pour les familles et zone pour les oiseaux. Les touristes s’en vont en septembre alors qu’arrivent les oiseaux hivernants, pas les kite surfs ou les scooters des mers ;

5 – Améliorer les pratiques durables de pêche et la sélectivité des prises

En seulement quatre mois, plus de 3500 dauphins se sont échoués sur la façade Atlantique entre janvier et avril 2017 d’après le centre PELAGIS. Dans leur grande majorité, ces dauphins ont été victimes de la pêche au chalut pélagique qui se pratique à cette époque au large des côtes françaises. Depuis plus de deux décennies, le niveau des captures de ces engins de pêche inquiète à juste titre les citoyens et la communauté scientifique. Il pourrait menacer la viabilité de la population de dauphins qui hiverne dans le Golfe de Gascogne. Les facteurs de risque ont été en grande partie identifiés et des solutions existent pour diminuer le nombre de captures accidentelles de dauphins mais elles ne sont pas mises en œuvre faute de volonté et de sanctions.

Propositions :

  • Renforcer les contrôles sur les bateaux de pêche avec la présence d’observateurs indépendants qui vérifient si les chalutiers respectent les règles de la politique commune de la pêche ;

  • Mise en place de dispositifs de sensibilisation et de formation des pêcheurs, pour qu’ils utilisent les techniques ayant un moindre impact.

Je soutiens

Océan

Pour nous ce sont ces vagues énormes dans lesquelles nous nous roulons à marée montante. Le grand Crohot, le Porge, le Petit Nice d’avant le warf de la Salie sont des mythes de notre enfance. Au bout d’une petite route forestière, on arrête la voiture sur un parking à peine tracé. On traverse à pied la forêt de vieux pins remarquant des traces de vie animale puis la dune grise, sauvage se perdant à l’horizon. De l’ancien cailleboutis, il ne reste que quelques vieux débris de bois. On s’enfonce dans le sable, l’air sent le safran. En haut de la dune blanche : l’émerveillement : on découvre l’océan, son immensité, ses rouleaux de vague … et les déchets sur la laisse de mer… La mer monte : et c’est parti pour une journée de joie pure….
Mais pour un scientifique, l’océan se conjugue avec des chiffres.
Recouvrant 75% de la surface de notre planète, avec une estimation de connaissance actuelle de 5% de la biodiversité marine, l’océan constitue un réservoir de promesses pour l’avenir de l’humanité. Chaque jour, de nouvelles espèces sont découvertes (environ 1600 chaque année) et apportent des solutions aux problèmes posés pour nourrir et soigner les 9 milliards d’humains qui se profilent à l’horizon 2050.
La découverte de la complexité de la vie marine révèle le rôle clé de l’océan dans la machine climatique. Les micro-algues joueraient le rôle de poumon et le micro-plancton celui de capteur d’azote,

Le changement climatique et les pollutions ont  des impacts sur les ressources marines et notamment sur leurs cycles de vie, par le biais de modifications de courants et de températures, l’acidification de l’océan, l’élévation du niveau des océans… Or le maintien d’un océan en bonne santé est essentiel à la régulation climatique générée par ce même océan.

Comment sortir de ce cercle vicieux pour que la santé des océans et des hommes soient préservés, qu’un équilibre entre ressources et besoins soit trouvé ? Une meilleure connaissance de l’océan, de son fonctionnement et de ses ressources, est la condition sine qua non de sa préservation.

Pour en savoir plus, consultez le site de la Greencross  http://gcft.fr

Et celui de l’Institut océanographique Paul Ricard. http://www.institut-ocean.org/index.php

 

Le parc naturel marin est créé le 8 juin 2014 à 16 h

À l’occasion de
la Journée mondiale de l’océan

Ségolène ROYAL,
ministre de l’Écologie
et
Frédéric CUVILLIER,
secrétaire d’État chargé de la Mer et de la Pêche

ont le plaisir de vous convier dimanche 8 juin 2014 à 13 h
au port de Meyran à Gujan-Mestras

à la création du parc naturel marin du bassin d’Arcachon

revue de presse réalisée par Françoise Branger

Ministère de l’écologie: http://www.developpement-durable.gouv.fr/Un-nouveau-parc-naturel-marin-dans.html
AFP: https://fr.news.yahoo.com/bassin-darcachon-s%C3%A9gol%C3%A8ne-royal-officialise-cr%C3%A9ation-parc-naturel-074242397.html
Aqui!: http://www.aqui.fr/environnements/segolene-royal-officialise-la-creation-du-parc-naturel-marin-du-bassin-d-arcachon,10396.html
Le Monde: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/08/royal-signe-la-creation-du-parc-naturel-marin-du-bassin-d-arcachon_4434342_3244.html
Le Point: http://www.lepoint.fr/environnement/bassin-d-arcachon-royal-signe-la-creation-du-parc-naturel-marin-08-06-2014-1833779_1927.php
Sud Ouest: http://www.sudouest.fr/2014/06/08/bassin-d-arcachon-segolene-royal-a-cree-le-parc-naturel-marin-1579308-2733.php
Aquitaine France 3: http://aquitaine.france3.fr/2014/06/08/segolene-royal-vient-officialiser-la-creation-du-parc-naturel-marin-du-bassin-d-arcachon-494311.html
France Bleue Gironde: http://www.francebleu.fr/infos/bassin-d-arcachon/segolene-royal-lance-le-parc-naturel-marin-du-bassin-d-arcachon-1587145
LCP: http://www.lcp.fr/actualites/politique/161200-bassin-d-arcachon-segolene-royal-officialise-la-creation-du-parc-naturel-marin

SMURFIT KAPPA again

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les raisons de la manifestation

manifestation 28 juillet 2012 à Arcachon

zones de rejets août 2012
le Lacanau ?

Mousse vers le lacanau

Assemblée Générale de l’association : samedi 25 août à 11 H à l’hôtel LA BELLE VIE

Convocation_AG_2012 2012 aérodome_photo_aerienne

L’assemblée générale de l’association a lieu une fois par an. Tout le monde peut y assister mais seuls prendront part au vote les membres à jour de leur cotisation. Le rapport moral et le rapport financier sont disponibles sur demande à l’adresse courriel suivante : hcf0712@aol.com

extraits du rapport moral  Relevé chronologique  2011 2012

Octobre 2011 : Suivi d’un colloque sur l’ostréiculture  5 Novembre 2011 :  Sortie de terrain organisée par la LPO, l’ASPAS et la Fédération des Clubs de protection de la nature ( le week end Chemins); 17 enfants et autant d’adultes bravent les éléments pour participer à cette sortie;

Novembre 2011 :  Assemblée générale extraordinaire de l’association pour modifications des statuts

Rencontre avec la DREAL pour avoir communication de documents concernant le déclassement de la plage boisée du BeteyDécembre 2011 : Déclaration de la modification des statuts de l’association en préfecture; parution au Journal Officiel. L  ’association pense que le nouveau projet de PLU voté le 24 septembre n’est pas conforme au code de l’urbanisme, ni au code de l’environnement; un recours en contentieux est déposé par l’intermédiaire de son avocat auprès du tribunal administratif de Bordeaux. Le 19 décembre, l’association assiste au conseil municipal d’Andernos. Une autorisation de demande de défrichement de Matoucat est votée mais on ne sait pas sur combien d’hectares porte ce défrichement.

2012

Février 2012  : rencontre avec le sous-préfet d’Arcachon, Monsieur Jean Pierre Hamon,au sujet de l’extension du port de plaisance et du PLU d’Andernos-les-bains.  Recours gratieux contre le permis de construire d’un EPHAD empiétant sur les berges du Betey et sur des locaux associatifs.  Mars 2012 :  participation au ramassage des déchets sur la plage Initiatives océanes . Réunion de concertation avec les associations locales de protection de la nature.  Mai 2012  : Fête de la nature : découverte du bassin versant du Betey au printemps, Matoucat   sous une pluie battante. Juin 2012  : Adhésion de l’association à la coordination des associations du Bassin d’Arcachon la CEBA.  Juin 2012 :  Accueil de Catherine Grèze qui choisit la plage du Betey comme symbole de la lutte pour la préservation de la nature.  Juin  2012  : Protestation contre l’abattage des pins du Betey (10 arbres abattus) lettre à la mairie et à la DDTM la réponse de la mairie un des arbres était malade. réponse de la DDTM : il faut une autorisation avant d’en abattre un (à fortiori 10 ).

5 juillet  2012 dépôt d’un dossier pour l’agrément de l’association auprès de la Préfecture de la Gironde;  Suivi du dossier SMURFIT KAPPA  sur la pollution de la Leyre et du rejet dans le warf , après dilution, des résidus toxiques.

APPEL DE BISCAROSSE

L’APPEL DE BISCARROSSE
Face à l’accumulation alarmante des atteintes portées au milieu marin et aux zones littorales, il n’est plus tolérable que l’Océan demeure l’ultime réceptacle des rejets non dégradables provenant des activités humaines, industrielles, agricoles et maritimes !
Nous, membres du Collectif Aquitain Contre les Rejets en Mer
APPELONS
– à mobiliser les connaissances et les consciences individuelles et collectives afin de changer cette logique irresponsable qui attribue à l’Océan un pouvoir d’épuration infini.
– à informer, alerter, pour dénoncer tout rejet préjudiciable à l’environnement marin au regard de la législation en vigueur en s’appuyant si nécessaire sur les connaissances scientifiques.
– à promouvoir toute action visant à limiter l’impact des activités humaines sur le milieu marin :
Eliminer en amont les produits polluants non dégradables.
Recycler à terre les résidus et déchets industriels, chimiques et agricoles.
Recycler les effluents des stations d’épuration afin d’éliminer tout rejet en mer
Recycler les emballages et composants plastiques, reconsidérer leur usage en fonction de leur biodégradabilité.
– à mieux maitriser les activités implantées sur les bassins versants : afin de tenir compte de la dynamique et de la biologie des zones humides, des fleuves et de leurs estuaires en interface avec le milieu marin.
– à protéger sans délai les zones littorales et côtières des effets anthropiques aujourd’hui scientifiquement connus :
Ces zones, lieux d’intenses échanges biologiques, sont d’une importance capitale pour la biodiversité marine et le renouvellement des ressources halieutiques.
– à mieux évaluer les effets à court, moyen et long terme et à chiffrer le coût réel des atteintes portées à l’environnement.
Les contraintes économiques servent trop souvent de prétexte pour renoncer à la mise en oeuvre de solutions préservant l’environnement.
Notre Appel est un appel à la raison
Il porte l’espérance de voir plages et Océan libres de nourrir nos rêves d’aujourd’hui et que la simple découverte d’un coquillage vivant émerveille toujours les générations futures