Posts Tagged 'préhistoire'

sondage archéologique : présence humaine au mésolithique prouvée au port de plaisance du Bétey

Une opération archéologique a été réalisée sur le port du Bétey par l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives).

port du Bétey hiver 2016 Les sondages ont été réalisés de l'autre côté

port du Bétey hiver 2016
Les sondages ont été réalisés de l’autre côté

Sincèrement, les habitants du quartier du Bétey le savent depuis presque un siècle. Nos grands-parents trouvaient des pointes de flèches sur la plage. Ce n’est pas par hasard que le nom de « segments du Bétey » avait été donné à une forme particulière de taille de la pierre….  Mais le creusement du port du Bétey en 1966-1967, sans aucune fouille ni précaution, avait fait craindre une disparition de ces vestiges. Là le Service Régional de l’Archéologie a réalisé un diagnostic archéologique. Déjà en 2014, Madame Lima responsable du service d’archéologie sous-marine avait procédé le long de la rive droite du chenal du Bétey à des sondages et avait constaté la présence de tourbe, témoignage d’une occupation du site peut-être intermittente. Le récit de son « expédition » paraîtra cet été dans un opuscule sur l’histoire de l’association.
Les données collectées durant ce diagnostic archéologique ont permis de confirmer la présence humaine durant la préhistoire récente (au mésolithique et au néolithique, soit de 8 500 à 2 500 ans avant Jésus-Christ) et de comprendre en partie l’historique de la formation du paysage.

Ces données doivent maintenant être transmises à des équipes de scientifiques spécialisés pour pousser plus avant les analyses et affiner notamment les datations grâce à la technique du carbone 14. Mais elles confirment l’intérêt exceptionnel de ce site pour l’histoire d’Andernos-les-Bains et on dit merci aux 5000 signataires de la pétition qui ont, les premiers,  permis de préserver ce site.

Pour en savoir plus allez au musée d’Arcachon pendant qu’il existe encore

allez au musée d’Andernos et lisez….

un message de Gregor Marchand « au sujet du Bétey, les travaux de Madame Julia Roussot-Larroque font référence….Je n’utilise le terme de Bétey que pour sa valeur éponyme, le site en lui-même restant fort méconnu faute de fouille.  [….]Ce statut de site éponyme est important pour le Mésolithique et le Néolithique ancien.

 

http://blogperso.univ-rennes1.fr/gregor.marchand/index.php

Brin de varech 2014 -3

Bulletin de l’association Le Betey, plage boisée à sauvegarder

 

En cette douce mi-décembre, les oies bernaches pâturent près du chenal du Bétey.
A marée basse, l’aigrette et les canards du port se tiennent à l’entrée de l’exutoire du ruisseau du Bétey, l’une saisit un ver, les autres se toilettent. Des bergeronnettes se tiennent plus loin sur le toit des maisons. Dans les jardins entourant le port, mésange et merle s’attaquent aux boules de graisse placées par quelque humain soucieux de leur santé. Où sont passés les cygnes ?
Autour du port, des humains tournent, mesurent, discutent, regardent des documents, mesurent, échangent, discutent. Les représentants de l’association (La présidente et un des deux vice-présidents) rencontrent Eric Coignat, 8ème adjoint au maire chargé de l’environnement, des ports, du littoral et de la police. Ce dernier désirerait connaître le périmètre d’élargissement du port que l’association lui concèderait. En effet, le port est à la limite de la sécurité et de la salubrité nous dit Eric Coignat. Marie-Hélène Ricquier, propriétaire d’une tillole électrique les rejoint ainsi que Monsieur Rieu, agent municipal chargé des ports. Ce dernier demande plusieurs fois s’il ne dérange pas. Personne ne lui répond car personne ne sait qui lui a dit de venir. La rencontre durera jusque 16 h 30. Deux brefs séjours dans la capitainerie les réchaufferont et leur permettront de comparer leurs cartes. Il ne fait pas très froid mais le ciel reste bas. Plus tard, alors que chacun sera rentré chez lui, vers 17 heures 15 une lumière exceptionnelle accompagnera le coucher du soleil.
Eric Coignat expose la situation : les échelles ne sont plus fiables, les palplanches sont mangées par la rouille et la berge elle-même se creuse par endroits. Il conduit le groupe jusqu’aux endroits défaillants puis annonce : on est obligé de rénover ce port et de mettre les usagers hors de danger.
La vase s’accumule : le problème de la vase reviendra plusieurs fois dans la conversation.
Point sur les fouilles archéologiques sous-marines :
Avant de draguer, il nous faut avertir la DRAC ; les fouilles archéologiques vont retarder la mise en œuvre du dragage c’est un problème souligne Eric Coignat. Un problème non : une chance réplique Clarisse Holik ; c’est une richesse de plus pour Andernos-les-bains, un argument touristique supplémentaire. On apprend que la mission de l’archéologie sous-marine qui a réalisé deux jours de fouille* en avril dernier a trouvé des objets le long du chenal sur la rive droite là où à un mètre sous « terre » se trouvait une couche de tourbe. Il y a 7000 ans, le bassin d’Arcachon n’existait pas. Il faut imaginer nos ancêtres vivant sur des cabanes montées sur pilotis dans un environnement de marais sur la rive de la Leyre. Ils ont laissé des fragments de poterie, d’autres débris que la mission archéologique a trouvé en avril. Allez-voir Maud Nicolas à l’Office du Tourisme conseille Eric Coignat. Elle s’occupe mettre en valeur cela.
Point sur les pontons flottants : l’installation de pontons flottants paraît être une bonne solution (les normes européennes environnementales le préconisent) mais il faut élargir le port pour les installer ; les rampes d’accès nécessitent aussi de la place. Les pieux des pontons doivent être à l’intérieur du ponton de manière à prendre moins de place.
Le groupe longe le port et regarde à quels endroits on peut l’agrandir et de combien de mètres et à quels endroits on ne peut pas le faire.
Flux de circulation des voitures, remorques et engins transportant les bateaux, manœuvres et garage rive droite (du côté de la capitainerie puis du côté de la Cale de mise à l’eau)
Les manœuvres des camions mettant à l’eau de grands bateaux nécessitent de la place rive Droite. Les voitures des parents venant chercher leurs enfants à l’école nécessitent aussi de la place. Toutefois, ces deux flux sont rarement concomitants.
La cale de mise à l’eau : faut-il la doubler ? Faut-il la mettre rive gauche ? Elle est aussi utilisée par des non riverains.
La doubler poserait trop de problèmes et prendrait trop de plage.
La mettre rive gauche serait possible mais les bateaux seraient moins protégés qu’ils ne le sont actuellement nous dit Monsieur Rieu.
Les mises à l’eau quotidienne : les propriétaires de bateau garent leur bateau dans leur jardin ou sur une aire de gardiennage. Chaque jour (ou chaque week-end), ils mettent leur bateau à l’eau et laissent remorque et voiture sur le quai. Il paraît difficile à Eric Coignat de leur faire payer une redevance pour l’utilisation du parking et de la cale de mise à l’eau. En effet, dit-il ils utilisent l’équivalent d’un port à sec et lorsqu’ils ne naviguent pas, leur bateau ne libère pas d’antifouling dans l’eau. L’encombrement du quai peut être également dû à de grands camions qui apportent de grands bateaux.
La marée est basse à 15 h 59. C’est le meilleur moment pour examiner le fond du port.
Quelles places pour quels bateaux ?
Matériellement au sortir du ruisseau du Bétey, il n’est pas possible d’élargir de plus de deux mètres environ de chaque côté.
Monsieur Rieu énonce l’idée de mettre les bateaux de plus de 12 mètres près de la Digue Ouest au port ostréicole et de ne laisser au port du Bétey que les bateaux de moins de 10 mètres.
Pourquoi pas ? répond Marie-Hélène Ricquier.
Pourrait-on agrandir vers les érables et le petit bois de chênes demande Eric Coignat mais on ne toucherait absolument pas aux arbres ? L’association ne pense pas que ce soit une bonne idée. D’abord parce que le terrain est parfois utilisé par les boulistes et ensuite parce c’est là que l’on dresse toutes les tentes pour les fêtes locales.
On peut peut-être les dresser ailleurs dit Eric Coignat il ne faut pas, pour quelques fêtes locales, s’aliéner cette possibilité.
Les représentants de l’association concèdent deux mètres du bout des lèvres alors qu’Eric Coignat en voudrait 4.
A la réflexion, je pense qu’il ne faut pas élargir du tout de ce côté : c’est une voie d’accès pour les engins de creusement et terrassement. 10 ans de travail dans une boîte de BTP m’ont appris certaines choses : les érables pourraient disparaître par accident…

Monsieur Rieu parle d’installer un piège à sable et à feuilles. Or ce ne sont ni le sable, ni les feuilles des arbres qui sont responsables de l’encombrement vaseux du port.
Nous restons opposés à toute artificialisation supplémentaire du ruisseau du Bétey : pose de piège à sédiments ou à feuilles entre autres.
D’une part, les riverains ont montré leur attachement à leur plage boisée et à leur Bétey, tel qu’il était. Les touristes viennent chercher à Andernos le seul coin de nature encore un peu sauvage; il ne s’agit pas de se priver de cet atout en enlevant à notre nature son côté « un peu sauvage ».
D’autre part, les pièges à sédiment et à feuilles sont de fausses bonnes idées. Le meilleur exemple que je puisse citer est le barrage d’Assouan en Egypte. Privé de sédiments par ce barrage, le delta du Nil s’enfonce dans la Méditerranée. La marée enlève à chaque passage une bonne partie de sédiment.
Eric Coignat convient qu’il ne serait pas judicieux d’empêcher le sable de venir.
Enfin, dans la mesure où les finances de la municipalité sont au limitées, il vaut mieux les consacrer à lutter contre l’envasement ***
Monsieur Rieu parle du problème de la vase qui, dans le port, dissimule les chaînes filles. En effet, les bateaux sont amarrés au fond du port aux chaînes filles reliées elles à une chaîne-mère centrale. La vase fluide recouvre les chaînes filles et ne permet plus d’assurer leur entretien ;

Monsieur Rieu montre que le Bétey tendait à dévier de son cours central. Il a tendance à virer à gauche. Commentaire de Clarisse holik : le désencombrement du chenal et du port devrait restaurer son hydraulique mais pendant combien de temps ?
Il faut se pencher sur les causes de l’envasement du chenal du Bétey : disparition de la zostère, micropolluants, pesticides. Eric Coignat nous assure que le SIBA met en place des formations des agents municipaux à l’entretien des parcs et jardins sans engrais artificiel et sans phytosanitaire.
Ponctuellement, on peut désenvaser le port et le chenal. Combien de temps cela va-t-il durer ? Que faire des boues de dragage ? Eric Coignat nous parle de l’aire de stockage d’Arès. Sur cette nouvelle aire, les boues sont stockées puis traitées et les résidus valorisés. Y a-t-il beaucoup de métaux lourds et de dérivés du tributylétain, un antifooling employé il y a trente ans. Ce produit chimique a une grande période de demi-vie, se dégrade difficilement et encore plus difficilement lorsqu’il est enfoui sous une épaisse couche de vase. Libéré dans l’eau, il joue encore son rôle d’antifooling et freine la croissance des coquillages donc des huîtres.
Eric Coignat souligne l’importance pour les finances de la Commune des travaux de rénovation du port de l’ordre de 5 millions…
A-t-il pensé à demander, pour le port ostréicole, des subventions au FEMAP ? interroge Clarisse Holik
Eric Coignat nous demande ce que nous pensons d’une baignade comme celle d’Arès ou celle de Lanton . A priori il s’agit encore d’une artificialisation de la plage et l’association n’est pas trop pour. Mais s’il s’agit d’offrir aux enfants par les journées sans marée un lieu de détente et de rafraichissement pourquoi pas ?
Agrandir la piscine serait beaucoup plus utile. Cette piscine, la seule du Nord bassin, a beaucoup d’atout : belle situation, eau de mer filtrée. Mais comment l’agrandir ? prendre sur la pataugeoire de l’hôtel.

Puis Eric Cognat nous parle du rôle du SIBA
Les dossiers en cours :
Port du Bétey
Notre proposition : une rénovation du port en suivant les normes environnementales (pontons flottants, recueil des eaux grises et noires, zone de carénage hors rivage), un élargissement de 1m à 1, 50 m le long de la rive droite du port et un élargissement de 2 à 3 mètres le long de la rive gauche.
Pour entretenir les bois bordant le port (plage du Bétey et plage du Broustey), nous proposons une replantation de chênes et pins cet hiver, l’installation de toilettes sèches du côté de la zone des jeux et du côté des érables ; la circulation automobile pourrait être limitée à 30 à l’heure (proximité des écoles du Bétey) et l’éclairage urbain refait. En effet, de nombreuses boules lumineuses éclairent le ciel.

Nos projets pour 2015 seront principalement axés autour de la rénovation du port du Bétey et de Matoucat, bassin versant du ruisseau Le Bétey.

Animation : Le 7 février 2015, Journée mondiale des Zones humides, une animation réalisée par Ecocitoyens du Bassin d’Arcachon et Le Bétey, plage boisée à sauvegarder mettra en valeur le site de Matoucat, zone humide par excellence, à travers un rallye botanique. Rendez-vous à 10 h sur le parking du cimetière des Bruyères à Andernos-les-bains avec de bonnes bottes.

Agenda :
Local
Chaque premier vendredi du mois, à Andernos-les-bains, Ecocitoyens du bassin d’Arcachon organise une conférence sur un thème concernant la santé publique et la protection de la nature. http://www.ecocitoyensdubassindarcachon.fr

Régional
Ecologie en débat organise régulièrement des rencontres et conférences
http://www.ecologieendebat.com

3ème week-end de mars a lieu « Initiatives Océanes » organisé par Surfrider Foundation. L’opération consiste à ramasser les déchets sur les plages ou le long des cours d’eau. Parallèlement la Coordination Environnement du Bassin d’Arcachon propose une opération « Cours d’eau propre ». Des êtres humains nettoient les ruisseaux des ordures laissées par d’autres êtres humaines.

Contact :
Le Betey, plage boisée à sauvegarder
14, avenue du Maréchal Leclerc

33510 Andernos-les-bains
0607020357
http://www.lebetey.wordpress.com

Rappel : le tribunal administratif de Bordeaux a confirmé en appel le jugement antérieur. La municipalité d’Andernos-les-bains a été condamnée à refaire le PLU et a versé 1500 euros de dommage et intérêt aux plaignants. Nous avons participé en juin à une première réunion avec la nouvelle municipalité d’Andernos sur la refonte du PLU ; nous restons vigilants.
• Les fouilles qui ont été réalisées en avril 2014 étaient de fait des sondages et non des fouilles préventives. Une page du site internet mentionne la bibliographie.

archéologie sous-marine suite

Mise  à jour le 9 mai 2014

Comme nous vous l’avions annoncé dès le 22 avril, des sondages ont été effectués par le service de l’archéologie sous-marine le mercredi 23 et le jeudi 24avril 2014… Et le service d’archéologie sous-marine du ministère de la Culture a trouvé des traces d’occupation humaine !  Une raison de plus pour sauvegarder ce site !
En effet souvenez-vous de ces pointes de flêche que nos grands-parents avaient trouvé le long du Bétey et sur la plage. Souvenez-vous de tout ce qui avait été trouvé lors du premier creusement du port en 1966 ou 1967 (à vérifier auprès de notre historien local).
Les sondages vont tenter de savoir où exactement se situe ce site, devant la piscine ? le long du chenal ? a-t-il été traversé lors du creusement du port actuel en 1966 ?
Nous notons que ces sondages ne figurent pas le chantier de fouilles préventives associés à des travaux…

Sachez que le site du Bétey a donné son nom à une  manière un peu spéciale de tailler les pierres : on en parle pour les armatures à retouche bifaciale
Pour en savoir plus , lisez  les articles suivants  et lisez la notice sur le site Internet de la ville d’Andernos-les-bains.

Notes complémentaires sur les stations préhistoriques connues ou inédites du Bassin d’Arcachon

FERRIER J. E. ; Situation géologique de ces stations sous-marines « in-situ » devenues stations de surface. Etude de l’industrie lithique, la faune, la flore et la céramique de Bétey. Données sur les stations de « La Cassotte » et « La Piscine » (Andernos-les-Bains), Cassy, Le Teich et quelques autres lieux. Problème de l’existence de groupes mésolithiques attardés précédent néolithiques et chalcolithiques.Sociéte é d’Etudes et de Recherches Préhistoriques. Bulletin Les Eyzies  1977, no26, pp. 82-107s

le rôle du Néolithique ancien méditerranéen dans la néolithisation de l’Europe atlantique par G Marchand, C Manen – … Méridionales de Préhistoire …, 2006 –

Les occupations du Ve millénaire avant J.C. et la question du Néolithique ancien sur la façade atlantique de la France

Grégor Marchand , Yves Gruet , Laurence Marambat , Laurent Fabre , Christine Oberlin , Christophe Picq , Luc Laporte   lien Gallia préhistoire  lien   Année   2002   lien Volume   44   lien Numéro   44   lien pp. 27-86