COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 26 JUIN 2010

 C’est alors que la mer était haute, sous  un ciel d’un bleu outrancier qu’une cinquantaire de personnes passant outre les 36 degrés celsius qui régnaient à l’extérieur se sont réunies pour s’informer de l’impact des projets locaux sur l’avenir du Bassin d’Arcachon

Portrait historique et naturaliste du Bassin

Le naturaliste  brossa en une vingtaine de minutes un portrait historique et naturaliste du Bassin.

Estuaire de la rivière La Leyre, seul exutoire important des eaux d’écoulement entre la Gironde et l’embouchure de l’Adour,  le bassin n’a pas toujours son actuelle physionomie. Il se situe 20 mètres en dessous du niveau des terres et de ce fait recueille toutes les eaux qui ne peuvent rejoindre la mer, gênées par l’existence du cordon dunaire. 

Sous les romains une route longeait la côte landaise, route qui se situe aujourd’hui  physiquement au fond de l’étang de CAZAUX.  Au XIXème siècle d’importants travaux d’aménagement, la plantation des pins landais, le creusement des canaux comme le canal du Porge, l’élevage (et non plus le seul dragage d’huîtres sauvages) des huîtres modifient l’espace. L’orateur  note que l’élevage à long terme d’une seule lignée ne paraît pas réussir à cette dernière : en effet, se sont succédées la Gravette, la Portugaise et la Gigas qui donne aujourd’hui des signes d’essoufflement.

L’ équilibre écologique du Bassin d’Arcachon dépend de son bassin versant. De fait, les eaux de La Leyre mettent un mois à sortir du Bassin.

le Bassin est l’objet de nombreuses études systématiques et ponctuelles qui isolées n’aboutissent pas; il faut étudier l’ensemble des phénomènes de manière temporelle et voir les effets cumulatifs.

A l’heure actuelle, les évolutions sont à l’échelle humaine. C’est très court : (trop ?)

Les causes de ces évolutions sont multiples et interactives. Le meilleur exemple est celui des spartines. Introduites dans les années 1970 pour fixer les dunes de Gironde, elles se sont multipliées également dans le bassin où leur présence sur le littoral retint les sédiments et exhausse le fond de l’estran. En même temps, la zostère disparaît (une fois pour toutes ce n’est pas à cause des Bernaches….la Zostère disparaît à 6 m de profondeur et ce n’est là  ni le terrain de jeu des Bernaches, ni leur zone de gagnage). La disparition de la Zostère fait disparaître l’abri naturel des nurseries,  de nombreux mollusques et petits poissons. Les particules de vase n’étant plus retenues par les herbes de Zostère vont se répandre en couches de vase molle près des plages ou se fixer près des spartines.

D’autres polluants vont localement faire baisser la qualité de l’eau : les pesticides, les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les peintures antifouling des bateaux  soupçonnées de perturber le cycle reproducteur des huîtres, les nitrates, engrais de l’agriculture intensive du maïs ou des élevages industriels qui fait naître dans le bassin les ulves ou algues vertes. Avec la chaleur de ces derniers jours, les marées d’algues vertes sont florissantes sur le bassin.

Enfin le déversoir des eaux usées qu’est le warf de la Sallie, l’utilisation récente du polychlorure d’aluminium comme agent de floculation est à rajouter sur la liste des produits chimiques polluant le bassin.

Les auditeurs remercient l’orateur et l’un d’entre eux fait remarquer que depuis 1999 et le naufrage de l’Erika (on a retrouvé des galettes de fioul au fond du bassin) il n’y a plus d’estrille, ni de gros crabes fouisseurs, ni d’anguille au fond du bassin. Un autre que le site du Betey était un important site préhistorique fouillé dans les années 1930.

SCOT, PADD et PLU  : les procédures aministratives et municipales d’aménagement du Territoire. Après l’histoire naturaliste du Bassin,  notre juriste  expose la démarche du PLU Plan Local d’Urbanisme.

Avant 1982, toute l’urbanisation était confiée aux Préfets. En 1982, Gaston Deferre alors maire de Marseille fit voter une loi confiant aux maires toute la responsabilité de l’urbanisation. Devant les actions de  certains maires, dès 1986, les députés votent la loi Littoral, censée protéger le littoral des excès de l’urbanisation; c’est ainsi que le mitage des espaces naturels est interdit. D’autre part, un excès de densification promet un échec cuisant aux élections suivantes.

Le PLU doit faire l’objet d’une démarche concertée; si des zones protégées (naturelles ou culturelles) sont menacées, une étude d’impact écologique doit être réalisée. Enfin une enquête publique est nécessaire. 

Chaque citoyen doit participer à l’enquête publique. Le commissaire-enquêteur peut émettre un avis défavorable, un avis favorable avec réserves (le maire doit en tenir compte), un avis favorable avec conseil. Si le maire passe outre l’avis défavorable ou les réserves, le vote doit être motivé et fait en général l’objet d’un article dans la presse locale.

Le Schéma de Cohérence et d’Orientation Territoriale concerne le bassin d’Arcachon et le Val de Leyre alors que le PLU ne concernait que la ville. Il s’imposera aux communes d’où pour elles la tentation de votre des décisions avant l’approbation de ce SCOT. D’autres phénomènes mondiaux comme l’acidification des océans jouent sur la calcification des huîtres.

 Il importe donc dans la méthode systémique retenue pour étudier le bassin de hiérarchiser les priorités et de s’attaquer aux problèmes les plus importants d’abord.

les autres sujets firent l’objet de plusieurs exposés

http://www.andernoslesbains.fr/services-a-la-population/urbanisme/129-padd-plu.html

Extension du port du Betey : voir les autres pages de ce site

Forêt du Coulin et pointe des Quinconces   :voir les autres pages de ce site et le blog de l’Association pour la Sauvegarde des Quinconces

Golf immobilier Développement de l’aérodrome  voir le diagnostic de la ville d’Andernos sur le site  de la ville

http://www.andernoslesbains.fr/services-a-la-population/urbanisme/129-padd-plu.html

Allongement de la jetée,

Matoucat et logements sociaux

Etalement Urbain

Mitage des zones naturelles

Les zones écosensibles

L’assistance se sépara alors que les rayons obliques du soleil donnait au port ostréicole des allures d’Afrique du Sud

Ceci est un compte rendu réalisé à chaud : n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou vos demandes de correction si des approximations s’étaient glisées dans mes notes

clarisse HOLIK

0 Responses to “COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 26 JUIN 2010”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :