Archive Page 2

Cinq grands points d’inquiétude à l’échelle de la Gironde

Pesticides et pollution de l’air, Erosion de la biodiversité, Artificialisation des sols, Mésusage des communs patrimoniaux, Effets du dérèglement climatique sont les cinq grans points d’inquiétude des associations de protection de la nature.  Rubrique réalisé avec Vive La Forêt, Robin des bois,

1 Pesticides et pollution de l’air : On n’a pas conscience lorsqu’on vit à Andernos, en prise directe avec l’océan, de la pollution de l’air et de l’eau par les pesticides.  Or, le Médoc, producteur de vin, est 14 fois plus pollué que la ville de Bordeaux. Mon dieu, y aurait-il des fongicides dans le vin ?

la tenue estivale des années 2050 ?

2 L’érosion de la biodiversité nous concerne également. En France, 22% des espèces vivant sur le territoire métropolitain sont en danger. .On peut constater que la biodiversité « banale »comme l’avifaune que l’on voyait au Bétey : martin-pêcheur, aigrette garzette, moineaux,  bergeronette des ruisseaux, petits passereaux,  est elle-aussi sur le déclin. Il y a de moins en moins d’oiseaux de chaque espère et le nombre d’espèces disparaît. Les causes : les loisirs motorisés, la fréquentation humaine, l’urbanisation croissante qui rendent leur habitat impraticable quand ils ne le font pas disparaître.

3 Artificialisation des sols : L’artificialisation progresse en moyenne annuelle1,8 fois plus vite que la population! Croissance démographique Gironde 2006-2014 : 9,49%. Le prochain SCOT arrivera-t-il à la maîtriser ?

2008 pins dans les bois du Bétey

4 Mésuage des communs patrimoniaux : comment respecter le bien commun ?

a Le braconnage de civelles ou piballes est en recrudescence.  (source VLF et Robin des bois)  : L’anguille  est une espèce migratoire en voie de disparition.  Elle naît dans la mer des Sargasses et revient dans les estuaires français où elle est braconnée. Le canal des étangs est un axe clé pour permettre l’accès des civelles et anguilles jaunes aux vastes zones d’accueil et de grossissement de l’amont.Ce repeuplement est entravé par le braconnage. En Mars 5 braconniers de pibales, un pêcheur professionnel et un mareyeur ont été interpellés dans le Médoc. En janvier 890 Kg de pibales interceptés à la frontière espagnole. Le braconnage des petits passereaux (pinsons et autres ortholans) est aussi responsable de la disparition de ces espèces (étude

b le partage des ressources aquatiques : toutes les piscines du bassin sont remplies par la nappe phréatique (on creuse un puit) au détriment de la nature et des générations futures.

c Surexploitation du domaine public maritime : le banc d’Arguin focalise toutes les énergies. Mais les loisirs motorisés sont également un bon exemple de cette surfréquentation. Les loisirs motorisés et  ce qui en découle :  l’agrandissement de port de plaisance, l’anéantissement de l’estran par les corps-morts, la pollution de l’eau par les HAP ou carrément l’essence, la pollution de l’air et les nuisances sonores, le dérangement des oiseaux de mer (et des baigneurs) sont également en trop sur le bassin. La surfréquentation du bassin cause sa mort. Depuis peu les maires ont la possibilité de prendre des arrêttés pour restreindre l’accès de la population à certains sites. Pourquoi ne pas prendre ces arrêtés sur le nord bassin ?  L’arrêté concernerait les scooters des mers,Certaines plages comme la plage du Bétey devant les écoles devraient être exemptes de sports nautiques;  de kite-surf et de joggeurs d’avril à juillet et par temps de tempête.

5 les effets du dérèglement climatique

La moyenne des températures va monter d’au moins 500 kilomètres vers le nord. Bordeaux 2050 = Séville aujourd’hui.D’ici à 2050, tous les modèles convergent pour prédire: une augmentation de la température moyenne annuelle de l’air d’au minimum + 2°C; une augmentation des situations extrêmes (sécheresses, crues et inondations) ;Pas d’évolution sensible du cumul annuel de précipitations.

la baisse moyenne annuelle des débits naturels des cours d’eau sera comprise entre -20% et -40% et de l’ordre de -50% en périodes d’étiage. Ces derniers  seront plus précoces, plus sévères et plus longus; une augmentation de l’évapotranspiration (des sols et de la végétation) comprise entre +10% et +30% ; une tendance à la baisse de la recharge des nappes, très variable selon les secteurs et le type de nappes, allant de +20% à -50%; une augmentation significative de la température des eaux de surface (déjà réelle aujourd’hui : +1,5°C en 40 ans) ;L le débit de la Leyre baissera de 50 %

l’impact sera  très fort sur la ressource en eau. Augmentation des besoins, baisse de la disponibilité…

le niveau de l’eau de mer

Les pLages océanes :images du passé ou du futur ?

va monter. Mais de combien ? La question reste ouverte. C’est peut-être une réponse à l’artificialisation d

es sols 🙂

Taussat hiver 2014 une mer agitée

un bassin plus salé et plus encombré ?

Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain.

Dimanche 17 novembre 2019, 550 personnes se sont réunies sur une parcelle de forêt récemment défrichée à Dun-les-Places dans le Morvan pour dénoncer les coupes rases dans le Morvan.

 Ils ont formé un STOP géant (vu du ciel). Depuis une dizaine d’années, les coupes rases se multiplient et entrainent une disparition des forêts naturelles de feuillus (chênes, hêtres…) au profit de monocultures de pin douglas. Ces pratiques entrainent une transformation des paysages, une dégradation des sols, une érosion de la biodiversité et affaiblissent la capacité de stockage de carbone des écosystèmes forestiers.

La manifestation organisée par SOS forêt France et Canopée était soutenue par près de 30 organisations nationales et locales et co-organisées par les membres locaux de SOS forêt dont Adret Morvan.
Le retentissement dans les médias nationaux et locaux est important et l’impact dans les réseaux sociaux remarquable. Mais cette manifestation n’est pas un but en soit mais bien le début d’une campagne nationale et locale contre les coupes rases et le remplacement des forêts de feuillus par le douglas. C’est la preuve que le modèle de coopération entre différentes organisations est un modèle d’avenir comme cherche à le promouvoir SOS Forêt et Adret Morvan. Le film « Le temps des forêts » de François-Xavier Drouet illustre bien la problématique  qui se pose non seulement dans le Morvan mais aussi chez nous dans les Landes. .Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain.
En savoir plus :

La commission parlementaire et citoyenne dans le Morvan

Après l’audition des acteurs locaux le 16 novembre, Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne et présidente de la commission a visité les forêts du Morvan. Au programme forêts de feuillus mélangées anciennes et… coupes rases !

Ont été auditionné par les membres de la commission parlementaire et citoyenne des représentants des associations suivantes : Adret Morvan, du collectif des Amis de notre Forêt au Ducs, de Autun Morvan écologie, d’Artisans Bois Morvan, du groupement forestier du Chat Sauvage, du groupement forestier de Défense des feuillus du Morvan, de FNE Bourgogne, du syndicat ONF Snupfen solidaire et de SOS forêt Bourgogne.

En savoir plus :

Festival de l’oie « Bernache Cravant » sur le Bassin d’Arcachon

La Bernache est une petite oie originaire de  Sibérie. Chaque hiver, plus de 50 000 individus parcourent des milliers de kilomètres pour rejoindre le Bassin d’Arcachon. Elle investit massivement notre estran. Mais que fait-elle ? Où part-elle pendant l’été ? Quels paysages insoupçonnés et quels peuples lointains va-t-elle côtoyer ? Partons à sa rencontre !

 

Franck Jouandoudet, passionné de nature, a un jour soufflé l’idée de célébrer son arrivée par un Festival. La programmation s’est très vite dessinée autour d’activités liant nature et culture, permettant ainsi de toucher un plus large public. Aujourd’hui organisé par la LPO, le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne et la SEPANSO, le Festival est désormais soutenu par les acteurs locaux de plus en plus nombreux à plébisciter cet événement qui anime le Bassin en dehors de la période estivale.

La SEPANSO, accompagnée de la LPO et du Parc Naturel  Régional des Landes de Gascogne, vous propose 3 dates différentes afin de découvrir la Bernache cravant. Vous pourrez ainsi devenir les ambassadeurs de cette petite oie en tenant des accueils postés naturalistes hivernants.  Mercredi 4   décembre 2019 à Andernos-les-bains, Dimanche 8 décembre 2019 à Lanton et samedi 14 décembre 2019 à Gujan-Mestras. Horaires à venir en fonction de la météo et des marées…. Vous désirez participer en tant que bénévole ? 06.51.97.27.88. ou animation.rnarguin@gmail.com

 Plage du Bétey à Andernos-les-bains, au fond les points à la limite de l’eau sont les Bernaches cravants (photo  2018).

Quelques photos du Bétey de 2016 à 2019

2016 arrivée sur Andernos-les-bains  

Avant Amélioe, en octobre 2019

Canards au Betey

AMELIE AU BETEY novembre 2019

 

 

https://webmail.laposte.net/service/home/~/?id=648760&part=2&auth=co&disp=i

Après le passage de la tempête Amélie, 5 novembre 2019. Les petits pins du Bétey ont payé leur tribut… Une plantation de tuteurs est prévue pour jeudi 14 novembre 2019.

 

 

Avant Amélie, en octobre 2019

Plage du Bétey, avant le passage de la tempête Amélie, octobre 2019

Nouvelle Cordée : conférence samedi 30 novembre 2019 de Marie-Monique Robin

Rénovation du port du Bétey : un agrandissement masqué

Nous aurait-on mener en bateau ? Plus de 5 000 personnes ont signé une pétition en 2012 contre l’agrandissement du port, le commissaire-enquêteur avait donné en 2013 un avis défavorable et le tribunal administratif a annulé le PLU de la ville d’Andernos en 2013 … Et le nouveau projet est un projet d’agrandissement déguisé… L’autorité environnementale dans son rapport mentionne : » considérant que la nature du projet qui consiste à rémanénager et étendre le port de plaisance du Bétey sans augmentation de la capacité d’accueil des bateaux, […] les travaux comprennent :

la démolition du quai sud d’une longueur de 150 m puis sa reconstruction en retrait de 10 m

la démolition du quai du fond du prot d’une longueur de 27 m puis sa reconstruction en retrait de 15 m

la démolition du mole de protection du port puis sa reconstruction et son renforcement en enrochement

la démolition de l’esplanade située à l’entrée du port puis sa reconstruction,

le reempiétement des 3 autres quais avec des palplanches métalliques

la construction d’un ponton technique destiné à la collecte des eaux vannes

l’installation de pontons flottants

l’élargissement de la cale de mise à l’eau

la création de voieries, aires de stationnement et espaces verts…. »

Avisdel’autoritéenvironnementale. pdf

On s’est moqué de nous en nous assurant qu’il n’y aura pas d’agrandissement. Les places seront agrandies : elles pourront donc accueillir des bateaux plus gros et plus polluant.

Personne ne parle de la continuîté écologique du ruisseau du Bétey, de la présence de l’école, des habitants. Il est recommandé de faire les travaux en dehors de la saison touristique. Le sentiment d’avoir été bernés persiste….