Posts Tagged 'joel Confoulan'

Retour sur 2017 le banc d’Arguin et son décret

Juillet 2017
Le banc d’Arguin : en limiter l’accès pour mieux préserver l’avenir.

A l’entrée du Bassin d’Arcachon, là où l’océan entre dans le bassin un banc de sable aux formes mouvantes d’une année sur l’autre accueille des colonies de sternes caugek, des huîtriers pie, des phoques et … des touristes et des parcs à huîtres. Classé depuis 1972 en réserve nationale naturelle, grâce notamment aux efforts de la Sepanso, ses attraits en font l’objet de toutes les convoitises ; touristes, ostréiculteurs et protecteurs de la nature se le disputent. Un décret du 11 mai 2017 a confirmé son statut de réserve nationale naturelle, déclenchant l’ire de certaines personnes. Mais qu’en est-il exactement ? Laissons Joël Mellet, un protecteur de la nature nous en dire plus.
« Jusqu’à présent et depuis son classement en 1972 – classement qui engage internationalement notre pays en matière de protection de la biodiversité –le statut du Banc d’Arguin est celui d’une réserve. Ce n’est pas le « Lido » d’Arcachon ou du Cap ferret, où on va même jusqu’à se faire livrer par vedette rapide des plateaux de fruit de mer ! Lorsque, en quelques années, la fréquentation diurne annuelle est passée de 50 000 à 250 000 personnes voire un peu plus, il est apparu nécessaire d’arrêter cette dérive. Même la fréquentation nocturne qui peut sembler anecdotique, mais elle atteindrait près de 8000 nuitées sur deux mois en été, ce qui pour un sanctuaire naturel protégé est un tout petit peu beaucoup. On peut par ailleurs douter que les rejets de ces 250 000 + 8000 soient intégralement récupérés dans les réservoirs à eaux noires (toilettes) installées à bord des bateaux et vidangés à terre. Les témoignages que l’on peut recueillir même de la part d’usagers soucieux de la qualité des eaux montrent qu’il n’en est rien. On a fermé l’été l’accès nocturne à la conche ou « lugue » du Mimbeau au Ferret pour moins que ça.
Quant aux activités ostréicoles, qui auraient pu être interdites si le statut de réserve naturelle avait été strictement appliqué, elles participent également d’une ponction sur la ressource (le plancton) et rejettent de la matière organique (les fèces). L’effet chasse d’eau invoqué par la profession n’est pas égale partout en particulier au fond des anses. Le décret, là aussi a voulu en limiter l’impact tout en préservant l’activité ostréicole ce qui est loin de satisfaire les tenants d’une réserve naturelle strictement protégée. Il y a bien eu, là, compromis pour préserver une activité économique.
Début 2016, le CNPN, Conseil National de Protection de la Nature, a rendu un avis à une courte majorité sur ces propositions (confirmant notamment l’interdiction du mouillage de nuit). Dès lors le projet de décret tel qu’il est paru, était dans les « tuyaux » depuis le 1er trimestre 2016. Sa parution n’est pas une surprise. […] Il faudrait faire prendre conscience aux lecteurs que les temps changent. Il y a effondrement de la biodiversité, on parle de la 6ème extinction des espèces – la précédente était celle des dinosaures il y a 125 M d’années, excusez du peu ! le 2 août, on aura consommé sur la planète ce qu’elle produit sur un an (d’après « Global Footprint Network »)
Nous sommes entrés dans une phase de transition, écologique mais aussi économique. C’est à dire que nous allons devoir collectivement changer de pratiques en matière de déplacements, d’alimentation, de chauffage, d’énergie, de travail … Bref bon nombre des pratiques de la seconde moitié du siècle dernier vont devoir changer. Et prétendre que l’on va pouvoir continuer de faire (voire bien davantage) sur le bassin d’Arcachon avec une population décuplée ce que faisait nos parents et grands-parents est irresponsable. Le bassin, son écosystème, son économie ne sont pas sur une autre planète, un territoire à part où les problèmes d’effondrement de la biodiversité, de changement climatique, bref où la crise environnementale n’existerait pas. Il va nous falloir, tous, changer nos habitudes, inventer d’autres activités économiques qui soient soutenables par notre territoire et nous permettent de le préserver pour nos enfants justement. Alors, aller à Arguin sera sans doute, non pas interdit mais limité en nombre, un peu comme pour des raisons de sécurité, on ne peut accéder à un monument lorsque sa capacité d’accueil est atteinte. Est-ce si grave ? Les tour-opérateurs qui voulaient développer massivement les débarquements, les manifestations festives sur Arguin devront trouver autre chose pour développer leur business. Cela s’appelle, s’adapter à de nouvelles conditions du marché !!
C’est un peu le sens au final de ce décret. limiter l’accès pour mieux préserver l’avenir.
Joël Mellet, vice-président de la CEBA Coordination Environnementale du Bassin d’Arcachon.

les candidats et l extension du port du Bétey

Deux listes, celle menée par le maire sortant et celle menée par Philippe Baconnet n’ont pas répondu à nos question.
Celle de Jean-Yves Rosazza a répondu indirectement mais s’engage à ne pas agrandir le port du Bétey, à ne pas agrandir la jetée, à ne pas faire de golf, à préserver Matoucat  et à laisser à l’aérodrome son caractère actuel.
Les réponses des listes menées par Arnaud Leroy et Joel Confoulan figurent dans ce blog.

De fait il serait bien de faire une piscine intercommunale ou d’agrandir notre piscine actuelle…

Réponse de la liste « L’Union pour Andernos »

Questions posées aux candidats 2014

Dune du Bétey Réponse L’UNION 2014

projet de la liste "L'union pour Andernos" 2014

projet de la liste « L’union pour Andernos » 2014

Le port du Bétey a besoin d’être remis aux normes environnementales. Par  contre  son extension serait la perte de la qualité de vie du quartier, la perte d’une des dernières plages boisées du Nord Bassin.

Vous engagez  vous à le remettre aux normes environnementales : OUI   Sans remettre en question son périmètre actuel ? Non voir projet ci-joint

 

A quelle échéance ? Le plus tôt possible à cause des responsabilités en cas d’accident

Et avec quels financements ? à définir après l’audit financier

En concertation avec les habitants et les usagers ? OUI

Quel type de gestion envisagez-vous ? Toujours communale mais transparente !

+ Attribution des places en temps partagé

 Question 2   : Matoucat est une zone humide. C’est également le bassin versant du ruisseau du Bétey et pour partie celui du ruisseau du Masurat. Or des projets menacent ce bassin versant. Nous demandons à ce que cette zone soit préservée  en zone N ou en EBC. 

Vous engagez-vous à préserver Matoucat  en l’inscrivant en zone N  Et/ou en Espace boisé classé ?Oui mais d’abord définir si une petite construction en bordure de route type ferme ou abri ne serait pas à envisager.

Question 3 Le dérèglement climatique Le dérèglement climatique est actuellement un fait avéré. Pour les côtiers que nous sommes trois solutions existent : la lutte contre la montée des eaux, la délocalisation (comme le font les campings de La Teste et de Lacanau) ou bien …  A l’échelle d’une municipalité, que peut-on faire pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique ?Rien qui puisse contrecarrer à la source les déraisons mondiales.Seules la somme des actions militantes en préventif (communication, sensibilisation, aide à la prise de conscience etc.) peuvent limiter les effets pervers de ces choix inconscients.Localement, il faut se contenter de prévenir les conséquences physiques de ces dérèglements.

Question 4 Au niveau des transportsLa voiture de par son mode de fonctionnement participe à la libération de HAP, hydrocarbures qui vont s’accumuler dans l’eau du Bassin et finir dans les huîtres … (voir les récents travaux de l’IFREMER). Vous engagez vous à développer les transports en commun et de quelle manière ?

La voie de contournement de Lanton et Andernos vous paraît-elle opportune ?Avec quelles solutions techniques et financières ?Il faut d’abord traiter toutes les eaux pluviales en amont avant rejet comme pour les EU La voie de contournement est inéluctable et nécessaire pour la sécurité et la quiétude des riverains de la voie actuelle. Imposer une inconstructibilité sur 200 m  minimum de part et d’autre

 Questions   5  Corridors écologiques Etes-vous  pour le maintien de corridors écologiques en centre-ville ? Où par exemple ?Oui. Tous les couloirs de lit majeur des ruisseaux en leur état boisé communaux et intercommunaux.

 Question 6  Nos propositions pour améliorer la vie dans le quartier :Les bois qui entourent cette plage sont l’objet d’une fréquentation multiple (reposoir des oiseaux par tempête, petite faune, piéton,  amoureux des couchers de soleil). Les habitants du quartier ont proposé une replantation en espèces locales et l’implantation de toilettes sèches. Bien qu’un accord verbal ait été donné à la présidente de notre association, rien n’a suivi. Nous maintenons notre offre et pensons qu’il faut l’accompagner d’une mise en zone trente de tout le quartier (présence d’enfants toute l’année).De plus nous pensons qu’il faut laisser sur la plage du Broustey les laisses de mer, cette plage (située devant les écoles du Bétey) servant de reposoir aux oiseaux pendant les tempêtes et cette laisse constituant pour les enfants des écoles une matière pédagogique exceptionnelle.

Zone trente oui

Oui, les touristes viennent sur une plage du Bassin. Pas sur un court de tennis. En revanche, il faudra avec les associations locales volontaires  procéder à tous les ramassages de déchets dangereux (bouteilles etc.) et nous installerons des panneaux incitatifs.

Quelle est votre position sur ces propositions ?

Très bien. Mais vous n’avez pas parlé du projet d’allongement de la jetée ? Il est vrai qu’elle ne se tournera pas vers le Bétey !

En ce qui me concerne, je considère que nous devons trouver un équilibre raisonnable entre l’écologie et l’économie. L’écologie pouvant rapporter à l’économie !

Il s’agit de l’économie verte. Nous devons préserver notre vitrine naturelle qui est celle de notre magasin touristique et, à la fois, la fenêtre de notre cadre de vie.

Date

Nom de la formation

L’UNION POUR ANDERNOS

Signature  Joël CONFOULAN

projet de la liste "L'union pour Andernos" 2014

projet de la liste « L’union pour Andernos » 2014

le Bétey l port de plaisance actuel

le Bétey l port de plaisance actuel

Elections municipales à Andernos-les-bains 2014 questions aux candidats

2011 enlèvement mécanique des laisses de mer

2011 enlèvement mécanique des laisses de mer

les cartes postales

les cartes postales

Questions posées aux candidats 2014

P1010797

la plage du Betey

Plan d'occupation des sols

IND théoriquement c’est protégé

des membres de l'association

 

Le Bétey, plage boisée à sauvegarder                         Andernos-les-bains, le  03 mars 2014

14 avenue du Maréchal Leclerc

33510 Andernos-les-bains

Hcf0712@aol.com

 

                                                                       AUX CANDIDATS AUX MUNICIPALES 2014

 

 

Madame, Monsieur,

 

Le Bétey, plage boisée à sauvegarder est une association de protection de la nature et des citoyens  dont l’objectif essentiel est la sauvegarde du site particulier qu’est Le Bétey . Pour ce faire, elle  réalise des actions de sensibilisation, des actions pédagogiques et, si nécessaire, des actions en justice.  Le périmètre de son action peut s’étendre à l’ensemble  de cet écosystème particulier qu’est le Bassin d’Arcachon.

Vous êtes  candidat  aux élections  municipales ;  l’association aimerait connaître vos positions quant à divers points  concernant la protection de la nature à Andernos et sur l’ensemble du bassin. Vos réponses seront communiquées à la presse locale et publiées sur le site de l’association https://lebetey.wordpress.com

 

Nous vous remercions pour le temps que vous passerez à nous répondre et vous envoyons nos cordiales salutations.

 

                                                                                  Clarisse HOLIK

                                               Présidente de l’association le Bétey, plage boisée à sauvegarder

 

 

 

 

 

 

Questions 1: Le port du Bétey a besoin d’être remis aux normes environnementales. Par  contre  son extension serait la perte de la qualité de vie du quartier, la perte d’une des dernières plages boisées du Nord Bassin. Vous engagez  vous à le remettre aux normes européennes  sans remettre en question son périmètre actuel ? A quelle échéance ? Et avec quels financements ? En concertation avec les habitants et les usagers ? Quel type de gestion envisagez-vous ?

 

Question 2   : Matoucat est une zone humide. C’est également le bassin versant du ruisseau du Bétey et pour partie celui du ruisseau du Masurat. Or des projets menacent ce bassin versant. Nous demandons à ce que cette zone soit préservée  en zone N ou en EBC. 

Vous engagez-vous à préserver Matoucat  en l’inscrivant en zone N 

Et/ou en Espace boisé classé ? 

 

Question 3 Le dérèglement climatique

Le dérèglement climatique est actuellement un fait avéré. Pour les côtiers que nous sommes trois solutions existent : la lutte contre la montée des eaux, la délocalisation (comme le font les campings de La Teste et de Lacanau) ou bien …  A l’échelle d’une municipalité, que peut-on faire pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique ?

 

Question 4 Au niveau des transports

La voiture de par son mode de fonctionnement participe à la libération de HAP, hydrocarbures qui vont s’accumuler dans l’eau du Bassin et finir dans les huîtres … (voir les récents travaux de l’IFREMER). Vous engagez vous à développer les transports en commun et de quelle manière ?

La voie de contournement de Lanton et Andernos vous paraît-elle opportune ?

Avec quelles solutions techniques et financières ?

 

Questions   5  Corridors écologiques

Etes-vous  pour le maintien de corridors écologiques en centre-ville ? Où par exemple ?

 

 

 

 

Question 6  Nos propositions pour améliorer la vie dans le quartier :

Les bois qui entourent cette plage sont l’objet d’une fréquentation multiple (reposoir des oiseaux par tempête, petite faune, piéton,  amoureux des couchers de soleil). Les habitants du quartier ont proposé une replantation en espèces locales et l’implantation de toilettes sèches. Bien qu’un accord verbal ait été donné à la présidente de notre association, rien n’a suivi. Nous maintenons notre offre et pensons qu’il faut l’accompagner d’une mise en zone trente de tout le quartier (présence d’enfants toute l’année).

De plus nous pensons qu’il faut laisser sur la plage du Broustey les laisses de mer, cette plage (située devant les écoles du Bétey) servant de reposoir aux oiseaux pendant les tempêtes et cette laisse constituant pour les enfants des écoles une matière pédagogique exceptionnelle.

 

 

Quelle est votre position sur ces propositions ?

 

 

Date

 

Nom de la formation

 

Signature 

des membres de l’association lors d’une manifestation organisée avec Surfrider