Posts Tagged 'LPO'

Vues du Bétey au printemps 2015

arbre remarquable sur la plage du Bétey mars  2015

arbre remarquable sur la plage du Bétey mars 2015

Plage boisée du Bétey avril 2015

Plage boisée du Bétey avril 2015

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbHAutosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH

Tarmaris sur la plage du Broustey mars 2015

Tarmaris sur la plage du Broustey mars 2015

YOU LE PHOQUE ET NOUS

Pour lui sauver la vie, laissons le tranquille  you-pdf 

you-_Page_1you_Page_2

Festival de l’oie Bernache sur le bassin du 17 au 23 novembre 2014

Festival de l’oie Bernache sur le Bassin d’Arcachon du 17 au 23 novembre.

Découvrez le programme organisé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux par ce lien:
http://lpoaquitaine.org/index.php/festival-de-l-oie-bernache-2014/animations-nature-et-culture

Chaque année l’estran d’Andernos-les-bains accueille ses oies bernache. Parfois on croit entendre une meute de chiens. Leur vol nous réjouit et leur rendez-vous annuel anime les week-ends hivernaux. La LPO leur rend hommage du 17 au 23 novembre 2014… à LA TESTE mais également ailleurs. Le site de la LPO contient nombre d’informations intéressantes et surtout on ne chasse pas la bernache cravant !

Honte aux braconneurs le bruant ortholan est en voie de disparition

des associations de protection de la nature communiquent

Braconnage du Bruant ortolan dans les Landes en 2014 :

des braconniers sévissent chaque année dans les Landes, capturant, mutilant et tuant des milliers de bruants ortolans au mépris des directives européennes et de la loi française.

le 4 septembre, dès 7 heures du matin, l’équipe de protecteurs est intervenue sur une vingtaine de communes et a libéré de nombreux oiseaux, faisant office d’appelants. En cours de matinée, la gendarmerie a dû sécuriser les militants pris à partie par les braconniers.

Puis les Présidents de la LPO et de l’ASPAS se sont rendus à la gendarmerie de Mont-de-Marsan pour déposer plainte. Enfin, ils ont apporté symboliquement 5 bruants ortolans mutilés au Préfet des Landes, qui les a pris en charge.

En France, le Bruant ortolan est particulièrement menacé : ses effectifs (désormais inférieurs à 15 000 couples) ont chuté de 42% sur les 11 dernières années, avec un morcellement extrême des populations atlantiques au point de friser la disparition totale !
Rappelons que les oiseaux capturés dans les Landes sont originaires pour l’essentiel des pays scandinaves, de Finlande, des pays baltes, d’Allemagne et de Pologne, ainsi que la région atlantique française.
À l’échelle européenne, le constat est dramatique, l’état de conservation du Bruant ortolan est jugé catastrophique, le plus souvent au seuil de l’extinction, avec une tendance globale européenne qui est de 84% en 30 ans ! Le Bruant ortolan est l’espèce européenne qui décline le plus parmi les passereaux.

Tous les efforts de protection engagés dans le Nord de l’Europe, notamment à partir de fonds publics, sont anéantis chaque année dans le sud-ouest de la France, avec la complicité de l’État français.
Chaque saison, cet oiseau migrateur dont la chasse est interdite depuis 1999, fait l’objet de braconnage, entre mi-août et mi-septembre au grand dam de nos collègues européens qui ne peuvent que constater l’effondrement des populations. Près de 30 000 passereaux de cette seule espèce sont ainsi capturés et souvent vendus sous le manteau, jusqu’à 150 € après engraissement ; puis c’est le tour des pinsons dès l’automne.
Chaque année, des faits flagrants de braconnage sont mis en lumière par les associations et rapportés aux autorités comme l’ONCFS, la gendarmerie ou la police selon les cas. Les rares procès-verbaux dressés, à mettre en regard des quelques centaines de sites de braconnage actifs, donnent lieu à des résultats éloquents : moins de 10 procédures aboutissent chaque année, souvent accompagnées de sanctions dérisoires.

Face à cette situation inadmissible, l’ASPAS avait fourni à la Commission Européenne les éléments nécessaires à une saisine de la Cour Européenne de Justice. Celle-ci ne manquera pas de sanctionner très fermement la France à cause de sa volonté manifeste de contourner les droits français et européen, et de faire fi de ses deux condamnations.

La Commission Européenne a alors mis la France en demeure de respecter dans les plus brefs délais ses obligations au regard de l’article 5 de la directive du 30 novembre 2009 sur la conservation des oiseaux. La France a répondu en assurant la Commission de sa bonne volonté. Force est de constater que, contrairement aux engagements pris et répétés, le braconnage se poursuit plus que jamais sur le terrain !
Saisis officiellement encore cette année, le Premier Ministre ainsi que le Ministre de l’intérieur, Monsieur Bernard Cazeneuve, ont répondu qu’ils questionnaient le Préfet des Landes. Quant à Madame la Ministre en charge de l’Écologie, et à Madame la Garde des Sceaux, interrogées dans les mêmes termes, les réponses ne sont pas encore parvenues.

La LPO rappelle qu’en cas de non-conformité de la directive oiseaux par les exploitants agricoles une réduction des aides de la PAC (circulaire du 04/04/2011 DGPAAT/C2011-3018- DGAL /C2011-8003, fiche conditionnalité 2011 domaine environnement fiche 1). La LPO et CABS signaleront toutes les installations localisées à la Commission Européenne afin que des sanctions financières soient prises envers la France et les exploitants abritant des installations illégales.

L’ASPAS se félicite de la mobilisation des associations de protection de la nature qui se sont déjà investies, chacune à leur façon, dans ce très difficile dossier (LPO, CABS, SEPANSO).
Contacts Presse :
Carine Brémond – Attachée de presse LPO France Tél. 06 34 12 50 69
Pierre Athanaze – Président de l’ASPAS Tél. 06 08 18 54 55
A lire aussi :
Le communiqué de presse de l’ASPAS du 04 mars 2013
L’opération Bruant Ortolan Tolérance Zéro sur le site de la LPO

BP 505 – 26401 CREST Cedex – France – Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58
info@aspas-nature.orghttp://www.aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique –
Twitter

Un Oisillon tombé du nid : que faire ?

Au printemps, les oisillons tombent parfois du nid ! mais attention, un
jeune oiseau au sol est très rarement abandonné !

J’ai trouvé un oisillon : que faire ?
OUBLIER 3 idées reçues :
 » ne pas le toucher pour ne pas lui donner notre odeur (FAUX
les oiseaux n’ont pas d’odorat )
 » le mettre à l’abri dans une cage (FAUX il peut s’y blesser –
préférer un carton ouvert ou troué)
 » lui donner du lait pour qu’il reprenne des forces (FAUX les
oiseaux ne sont pas des mammifères, pas de lait)
3 gestes simples :
1. si c’est le nid entier qui est tombé ou si l’oisillon est sans
plumes : amener le ou les oisillons à la LPO dans un carton.
2. si l’oisillon est emplumé : ne pas s’approcher, observer : si
les parents sont présents et tournent autour, les laisser faire
3. si danger : placer l’oiseau en hauteur ou le replacer dans le
nid, essayez de le mettre en sûreté sur une branche, un muret, dans
une haie, un buisson…et à proximité de l’endroit où vous l’avez trouvé.
4. si vous l’avez recueilli, placez-le dans un carton et appeler
la LPO
Dans le doute, pour éviter tout geste irréparable,
demandez conseil au Centre de Sauvegarde de la LPO à Audenge au
0628013948
Plus d’informations http://www.lpo.fr/oiseaux-en-d%C3%A9tresse/jai-trouv%C3%A9-un-
oisillon-que-fairecliquer ici

WEEK END CHEMIN : RALLYE BOTANIQUE samedi 3 novembre de 14 h à 17 h plage du Betey

Rendez-vous sur les chemins ! Rallye botanique

Le Week-end Rendez« -vous sur les chemins », organisé par  l’Aspas, la LPO, et la Fédération des clubs Connaître et Protéger la Nature les 3 et 4 novembre 2012, constitue un événement exceptionnel pour faire connaître et sensibiliser  tous les citoyens  aux formidables trésors cachés sur les bords de chemins, leur biodiversité, en proposant des sorties de découverte, des plantations de haies, des conférences, des expositions… gratuites et ouvertes à tous !

Rendez-vous au coin de la Dune du Betey près des jeux, au croisement de l’avenue Jacques de Chorivit et de la promenade de la piscine

programme pédagogique

un « rallye » botanique est proposé aux enfants (7 à 12 ans) mais les autres catégories d’âge sont également les bienvenues . Ils constituent des équipes et recoivent une fiche de questions qui doivent les amener d’un atelier à l’autre

atelier observation des arbres en hiver (pin parasol, pin maritime, chêne tauzin,) écorce, feuilles, habitat, habitants

atelier laisse de mer : à quoi sert-elle ? de quoi est-elle composée ?

atelier observation des hivernants : bernache, petits limicoles, les cygnes et les canards occupants à l’année du site.

Contact presse   : Clarisse HOLIK 0607020357

pour en savoir plus   écoutez FRANCE BLEU GIRONDE101.8 MH mercredi 31 octobre 2012 à 17  h 20

et consultez les sites de la LPO  http://www.lpo.fr ,  de l’ASPAS  http://www.aspas-nature.org ou de la FNCPN http://www.fncpn.org

RETOUR DU COLLOQUE ORNITHOLOGIQUE LPO 10 et 11 décembre 2011

ici, à chaud, mes notes non scientifiques sur ce colloque organisé par la L.P.O. à la cité universitaire de Paris le week end du 10 et 11 février 2011

C’est avant tout un week-end convivial où l’on retrouve les naturalistes et les protecteurs de la nature; la gelée blanche qui, ce dimanche, avait saisi Paris donnait au parc de la cité universitaire un petit air du Château de Moulinsard,  cher au Capitaine Haddock.  Après avoir écouté un topo sur la situation des hirondelles dans les capitales françaises et belges (les effectifs baissent), sur les oiseaux de Nouvelle Calédonie  et la nécessité de maintenir la trame verte et bleue (tiens tiens), sur la fréquentation des oiseaux en zone humide (la roselière non fauchée, c’est ce qu’ils préfèrent) ou dans les Corbières (le milieu s’urbanise : qui lu cru ?), nous avons tout su sur la mise au point de la fameuse liste rouge UICN Museum et sur les atlas des oiseaux nicheurs en France et en Wallonie; nous avons eu un excellent tableau juridique sur la chasse en France, l’absence de statut de l’animal sauvage, et l’absence de sécurité (combien de morts déjà depuis le 19 septembre  2011?)

C’est très intéressant : d’une part, on voit le travail de terrain et de bureau des scientifiques de tout poil et d’autre part, on voit que le travail d’amateur de terrain est pris en compte  : une base de données sur les oiseaux des jardins sera mise à jour par les observateurs eux-mêmes; l’expérience a déjà lieu en Bretagne et en Normandie.

Contrairement aux années passées, nous n’étions pas du côté des stands; mais nous avons pu acheté des livres sur les ours à  Ferus, ceux qui militent pour les réintroductions d’ours,  aux  éditeurs de livres sur la nature,  regarder travailler les illustrateurs, ou discuter avec l’éditeur d’un logiciel qui vous permet de saisir sur le terrain toutes vos annotations sur une petite console grande comme un livre de poche (Anna karénine au moins);

Enfin, Allain Bougrain Dubourg de retour de Durban a fait un compte rendu mi-figue, mi-raisin sur cette rencontre internationale;

Des rencontres il y en aura autour du 2 février pour la Journée mondiale sur les Zones humides, autour du 10 février à Lyon pour un colloque sur le respect de la biodiversité, en mars pour Initiatives Océannes et en septembre pour une BIRFFAIRD , un festival sur l’oiseau et le tourisme vert. Et si on développait cela sur le bassin d’Arcachon, le tourisme vert, par exemple sur la zone humide de Matoucat à Andernos-les-bains ?