Posts Tagged 'SEPANSO'

LGV Enquête publique jusqu’à lundi 8 décembre 2014

L’enquête publique concernant la LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax va s’achever le 8 décembre.

Voici l’adresse depuis laquelle vous pourrez accéder au formulaire en ligne :

http://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Grand-Projet-Ferroviaire-du-Sud-Ouest-GPSO/Lignes-nouvelles-Bordeaux-Toulouse-Bordeaux-Dax/Depot-des-observations/Lignes-nouvelles-Bordeaux-Toulouse-Bordeaux-Dax-formulaire-de-depot-des-observations-par-voie-electronique.

 

 

http://www.gironde.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Grand-Projet-Ferroviaire-du-Sud-Ouest-GPSO/Lignes-nouvelles-Bordeaux-Toulouse-Bordeaux-Dax/Depot-des-observations/Lignes-nouvelles-Bordeaux-Toulouse-Bordeaux-Dax-formulaire-de-depot-des-observations-par-voie-electronique.

Au niveau de la protection de la nature : les tracés passent dans un site Natura 2000 la vallée du Ciron pour aller de Bordeaux à Dax et de Paris à Toulouse, en balafrant notre territoire, sont  inacceptables.Le chantier de LGV au nord du département nous a montré qu’une emprise de LGV est encore plus importante qu’une emprise d’autoroute. Actuellement, il est prévu de prendre 140 m d’emprise en moyenne et d’impacter 4.830 hectares mais, sur Tours-Bordeaux, ce sont environ 16 hectares par kilomètre de ligne qui auront été sacrifiés, soit 160 m.

Ce projet répond-il à un besoin ? Ce projet date d’il y a une dizaine d’années et depuis de nouvelles pratiques de transport (covoiturage, avion à faible cout,  location de voitures) ou le développement des conférences téléphoniques ont dispersé les voyageurs. De plus, un voyageur est soucieux du temps qu’il met pour aller de son domicile à l’endroit exact de sa destination et du temps qu’il met à aller d’une ville à l’autre. En moyenne, la LGV ne fera gagner que 11 minutes…

Gaspiller des hectares de forêts à l’heure où elles sont si précieuses, gaspiller l’argent de nos impôts pour une réalisation dont tout le monde conteste l’utilité ne paraît pas digne d’un état qui s’engage lors de la conférence environnementale de cette fin novembre à protéger la nature et la biodiversité.

Voici ce que l’association écrit à la commission d’enquête en lui demandant de rendre un avis défavorable à ce projet.

Vous avez plus d’information sur le site de la SEPANSO.

 

 

Honte aux braconneurs le bruant ortholan est en voie de disparition

des associations de protection de la nature communiquent

Braconnage du Bruant ortolan dans les Landes en 2014 :

des braconniers sévissent chaque année dans les Landes, capturant, mutilant et tuant des milliers de bruants ortolans au mépris des directives européennes et de la loi française.

le 4 septembre, dès 7 heures du matin, l’équipe de protecteurs est intervenue sur une vingtaine de communes et a libéré de nombreux oiseaux, faisant office d’appelants. En cours de matinée, la gendarmerie a dû sécuriser les militants pris à partie par les braconniers.

Puis les Présidents de la LPO et de l’ASPAS se sont rendus à la gendarmerie de Mont-de-Marsan pour déposer plainte. Enfin, ils ont apporté symboliquement 5 bruants ortolans mutilés au Préfet des Landes, qui les a pris en charge.

En France, le Bruant ortolan est particulièrement menacé : ses effectifs (désormais inférieurs à 15 000 couples) ont chuté de 42% sur les 11 dernières années, avec un morcellement extrême des populations atlantiques au point de friser la disparition totale !
Rappelons que les oiseaux capturés dans les Landes sont originaires pour l’essentiel des pays scandinaves, de Finlande, des pays baltes, d’Allemagne et de Pologne, ainsi que la région atlantique française.
À l’échelle européenne, le constat est dramatique, l’état de conservation du Bruant ortolan est jugé catastrophique, le plus souvent au seuil de l’extinction, avec une tendance globale européenne qui est de 84% en 30 ans ! Le Bruant ortolan est l’espèce européenne qui décline le plus parmi les passereaux.

Tous les efforts de protection engagés dans le Nord de l’Europe, notamment à partir de fonds publics, sont anéantis chaque année dans le sud-ouest de la France, avec la complicité de l’État français.
Chaque saison, cet oiseau migrateur dont la chasse est interdite depuis 1999, fait l’objet de braconnage, entre mi-août et mi-septembre au grand dam de nos collègues européens qui ne peuvent que constater l’effondrement des populations. Près de 30 000 passereaux de cette seule espèce sont ainsi capturés et souvent vendus sous le manteau, jusqu’à 150 € après engraissement ; puis c’est le tour des pinsons dès l’automne.
Chaque année, des faits flagrants de braconnage sont mis en lumière par les associations et rapportés aux autorités comme l’ONCFS, la gendarmerie ou la police selon les cas. Les rares procès-verbaux dressés, à mettre en regard des quelques centaines de sites de braconnage actifs, donnent lieu à des résultats éloquents : moins de 10 procédures aboutissent chaque année, souvent accompagnées de sanctions dérisoires.

Face à cette situation inadmissible, l’ASPAS avait fourni à la Commission Européenne les éléments nécessaires à une saisine de la Cour Européenne de Justice. Celle-ci ne manquera pas de sanctionner très fermement la France à cause de sa volonté manifeste de contourner les droits français et européen, et de faire fi de ses deux condamnations.

La Commission Européenne a alors mis la France en demeure de respecter dans les plus brefs délais ses obligations au regard de l’article 5 de la directive du 30 novembre 2009 sur la conservation des oiseaux. La France a répondu en assurant la Commission de sa bonne volonté. Force est de constater que, contrairement aux engagements pris et répétés, le braconnage se poursuit plus que jamais sur le terrain !
Saisis officiellement encore cette année, le Premier Ministre ainsi que le Ministre de l’intérieur, Monsieur Bernard Cazeneuve, ont répondu qu’ils questionnaient le Préfet des Landes. Quant à Madame la Ministre en charge de l’Écologie, et à Madame la Garde des Sceaux, interrogées dans les mêmes termes, les réponses ne sont pas encore parvenues.

La LPO rappelle qu’en cas de non-conformité de la directive oiseaux par les exploitants agricoles une réduction des aides de la PAC (circulaire du 04/04/2011 DGPAAT/C2011-3018- DGAL /C2011-8003, fiche conditionnalité 2011 domaine environnement fiche 1). La LPO et CABS signaleront toutes les installations localisées à la Commission Européenne afin que des sanctions financières soient prises envers la France et les exploitants abritant des installations illégales.

L’ASPAS se félicite de la mobilisation des associations de protection de la nature qui se sont déjà investies, chacune à leur façon, dans ce très difficile dossier (LPO, CABS, SEPANSO).
Contacts Presse :
Carine Brémond – Attachée de presse LPO France Tél. 06 34 12 50 69
Pierre Athanaze – Président de l’ASPAS Tél. 06 08 18 54 55
A lire aussi :
Le communiqué de presse de l’ASPAS du 04 mars 2013
L’opération Bruant Ortolan Tolérance Zéro sur le site de la LPO

BP 505 – 26401 CREST Cedex – France – Tel. 04 75 25 10 00 – Fax. 04 75 76 77 58
info@aspas-nature.orghttp://www.aspas-nature.org
Association reconnue d’utilité publique –
Twitter

Jugement du Tribunal Administratif : PLU annulé

La délibération du conseil municipal d’Andernos-les-Bains en date du 24 octobre 2011 portant approbation du plan local d’urbanisme est annulée
par le Tribunal Administratif de Bordeaux pour des motifs tenant essentiellement au non-respect de la législation (code de l’urbanisme, loi sur le littoral …)
-absence d’une réelle concertation avec la population et flou dans les objectifs réels poursuivis par le PLU
– lacunes importantes lors de l’évaluation environnementale (en particulier les impacts sur l’environnement de l’extension du port de plaisance du Bétey) et sur les effets cumulés de ces impacts.
– pas de prise en compte des aléas naturels comme la remontée de la nappe phréatique
– imprécisions sur les nuisances sonores engendrées par l’aérodrome sur les nouvelles habitations
– pas de mentions de Natura 2000 en mer
– pas d’explications sur les choix
– non-conformité avec le Schéma de mise en valeur de la mer
– non respect de la coupure d’urbanisation entre Arès et Andernos-les-bains
Et enfin, évaluation non étayée des besoins en logements de la population et semble t-il surévaluation de ces besoins.
pour un rappel des faits, regarder l’excellent cri du Kayok
http://www.bassindarcachon.com/crii_du_kayok.aspx?id=80
Il n’y a aucun vide juridique puisque c’est le plan d’occupation des sols approuvé en 1985 qui entre en vigueur.
Il y avait 11 recours au Tribunal administratif dont celui de la Préfecture.
L’association » Le Bétey, plage boisée à sauvegarder » vous fait part de sa joie et remercie les 5000 personnes qui ont signé la pétition, l’ont soutenu et encouragé dans cette démarche ainsi que les associations Surfrider, la SEPANSO, Cyberacteurs,Robin des bois et

près de   1000  andernosiens ont signé soit une carte postale, soit une pétition sur papier soit une cyberpétition  (884 décomptés + signatures sur le site http://andernos.canalblog.com

près de 1000 andernosiens ont signé soit une carte postale, soit une pétition sur papier soit une cyberpétition
(884 décomptés + signatures sur le site http://andernos.canalblog.com

Tamaris à côté du port du Betey

Tamaris à côté du port du Betey

2010  Carte_du_Projet_d_Amenagement_et_de_Developpement_Durable

2010 Carte_du_Projet_d_Amenagement_et_de_Developpement_Durable

Pins le long du port, plage du Broustey

Pins le long du port, plage du Broustey

certains de nos élus locaux, régionaux, nationaux et européens ! .
Pour en savoir plus, en particulier sur la tenue de l’audience du Tribunal Administratif
Surfrider Foundation toujours fidèle

Surfrider Foundation toujours fidèle

Photo02_2
https://lebetey.wordpress.com

http://www.bassindarcachon.com/crii_du_kayok.aspx?id=80

Pollution de la LEYRE par SMURFIT KAPPA et autres

lettre_Président-072CBKE[1]

S E P A N S O France Nature Environnement Aquitaine  [….]  à  Monsieur le Président de la Commission Locale de l’Eau N/Réf : 012/072/CB/KE Bordeaux, le 11 juillet 2012  Objet : Pollution de la Leyre   Monsieur le Président,   Nous faisons suite à la réunion du bureau de la CLE du SAGE qui s’est tenue le 3 juillet dernier au  cours de laquelle nous avons évoqué la possible pollution de la Leyre et de certains autres tributaires du  Bassin d’Arcachon par des produits phytosanitaires et plus particulièrement par des nématocides * utilisés dans les cultures de légumes. Nous vous confirmons donc notre demande : 1. Dresser un inventaire complet des entreprises agricoles du bassin versant et des cours d’eau côtiers  susceptibles de déverser leurs effluents dans l’ensemble des cours d’eau, ainsi que la liste de tous les  produits phytosanitaires utilisés.  2. Augmenter le nombre de points de mesure, en particulier sur les cours d’eau qui n’en possèdent pas, et  la fréquence de ces mesures tout en renforçant la recherche des molécules susceptibles de s’y trouver.  3. Réclamer des études écotoxicologiques sur l’influence de certaines de ces molécules sur la faune et la  flore de ces cours d’eau et du Bassin d’Arcachon, et en particulier les huîtres.  Dans le même ordre d’idée, nous demandons également l’évaluation des effets de la démoustication  aérienne sur la faune et la flore du bassin versant.  Nous sommes extrêmement préoccupés par l’évolution de la qualité des eaux de la Leyre, en particulier dans sa partie aval, proche du Bassin d’Arcachon, évolution qui s’est manifestée par la dégradation de l’Indice Biologique Diatomique et qui a conduit à son déclassement par l’Agence de l’Eau, tout à fait  contraire aux objectifs de la Directive Cadre Européenne sur l’eau.  Depuis notre réunion, s’est produit l’accident de l’usine Smurfit Kappa à Biganos qui justifie malheureusement encore plus, s’il en était besoin, le rôle primordial de la Commission Locale de l’Eau du SAGE Leyre dans la protection environnementale du Pays Bassin d’Arcachon – Val de l’Eyre.  Nous vous prions donc, Monsieur le Président, de prendre en compte nos demandes ci-dessus et de  proposer à la CLE toute action susceptible de conduire à l’amélioration de la qualité des eaux des cours d’eau  du bassin versant de la Leyre.  Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.  Claude BONNET,  Vice-Président de la SEPANSO Gironde Copies : – M. le Président du Parc naturel régional des Landes de Gascogne  – M. le Président du Comité régional de la conchyliculture  – M. le Président du Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins  – M. le Directeur régional de l’Agence de l’eau Adour-Garonne  – M. le Sous-Préfet d’Arcachon  – M. le Directeur de la DREAL Aquitaine

nématodes :  pour faire court :  sorte de gros vers blancs et ronds dont certaines espèces se nourrissent en « aspirant » le contenu des légumes et les affaiblissant. On emploie des produits chimiques pour les détruire, produits appelés nématocides -qui tue les nématodes-