Posts Tagged 'parc marin'

impact de la liqueur noire sur le milieu marin (précisions)

 » Pour une réponse rapide à la question de l’impact sur le milieu marin, il faut savoir quels sont les autres composés mélangés à la soude et quelle est la concentration de la soude dans le mélange.
La soude caustique seule a un effet corrosif : elle dissout complètement la matière organique à son contact (cf. centres anti-poisons) : concentration et durée d’exposition déterminent la gravité des lésions (« simples » brûlures à des séquelles irréversibles pouvant aller jusqu’au décès). Déversée dans l’eau, la soude se dissout et dégage de la chaleur. Le risque pour l’environnement est lié à la quantité des ions hydroxyles qui en résultent (effet pH). Sur les organismes aquatiques, la toxicité dépend de la capacité tampon de l’écosystème affecté. Aucune survie possible pour un pH supérieur à 9.

Concernant la bioaccumulation (toxicité chronique), il faut encore faire une recherche bibliographique mais on ne peut évacuer le problème. La toxicité chronique serait liée aux produits de transformation.

Cette réponse est valable pour la soude caustique seule. Il faudrait savoir quels sont les produits de mélange afin de savoir comment ils interagissent avec la soude.

Petite consolation : le largage de soude caustique dans l’océan sera repérable par la traînée blanche qu’il laissera dans son sillage (précipitation d’hydroxyde de magnésium, à vérifier)

Question : pourquoi  la SMURFIT Kappa ne traite elle pas le composé sur place, dans des cuves d’appoint adjacentes ? Une base se neutralise, au minimum.

Pour la teneur en magnésium de l’eau de mer, elle est de 1,3 kg/m3, ce qui explique la réaction de précipitation avec les OH- de la soude caustique pour donner Mg(OH)2. Sinon, pour être plus précise par rapport au pH de 9 précédemment invoqué, la soude caustique a un pH > 14.
Les valeurs de DL50 (dose létale médiane) des tests de toxicité aiguë chez les organismes aquatiques s’échelonnent entre 33 et 189 mg/l.
Ce qui serait bien, ce serait de faire des mesures (ou calculs) de pH maintenant pour éventuellement anticiper et comparer s’il leur venait l’idée de tout déverser dans l’océan.
Un point important qui ne devrait pas laisser de marbre les ostréiculteurs. Tout le magnésium séquestré sous forme de sels (par précipitation avec la soude) va rendre indisponible le calcium dissous (directement assimilable par les organismes (plantes et animaux) qui lui est associé (on parle toujours de l’importance du ratio Mg2+/Ca2+). Dans quelle mesure cette perte de calcium va-t-elle avoir un impact sur la calcification des huîtres et autres coquillages, par exemple ? Difficile de répondre vu la complexité du comportement océanique dans un endroit aussi particulier que le bassin.
A diffuser avec les réserves émises. « Point de certitude sans étude… »
Site http://sibylline.free.fr/

la plage, un milieu vivant

la_plage_un_milieu_vivant_vivant[1]

ASPECTS du projet de PLU de la ville d’Andernos-les-bains

Où iront les écoles de voile ?
Les chênes centenaires pourraient disparaître pour faire place à des bateaux à moteur

Ces pins, plantés en 1966, pourraient disparaître ?

Ces pins, plantés en 1966, pourraient disparaître ?

Projet de PLU Andernos 2011 (2)

 
 

Projet d'extension du port de plaisance 2009

carte du PADD

Les chênes centenaires pourraient disparaître pour faire place à des bateaux à moteur

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 
 
 

RETROSPECTIVE : LE BETEY AVANT LE PORT

le port betey au printemps 2009

Le port du Bétey dans les années 1960, les pinasses droits réservés
Le port du Bétey dans les années 1960, les pinasses

Le Bétey dans les années 1960. droits réservés

LAISSEZ LES LAISSES DE MER

plage boisée du Betey 10 février 2011

La laisse de mer est l’accumulation par la mer de débris naturels (algues, bois mort, os de seiche, etc.) ou d’origine anthropique, laissées à la limite supérieure du flot. . Grâce aux mucilages et mucus qu’elles contiennent, les algues échouées, vivantes ou mortes, même en plein soleil, conservent sous les laisses de mer un micro-climat frais et protégé           des ultra-

traces sur la plage

violets solaires, y abritant et nourrissant de nombreuses espèces qui vivent dans le sable (micro-organismes et crustacés essentiellement).

Une fois dégradées et minéralisées, elles deviennent une des sources de nutriments des plantes terrestres du haut de l’estran et des plantes (zostères, posidonies) et algues marines. Ainsi les organismes qu’elles nourrissent et abritent contribuent doublement à fixer les plages, les sables et sédiments dans les baies ou estuaires et le pied des premières dunes.

Souvent elles contiennent des déchets de nature anthropique : algues vertes dues à l’excès d’engrais, galette de mazout, débris de filet de pêche, ordures ménagères. Il convient alors et pour les touristes et pour éviter que les animaux n’ingèrent du plastic de les enlever. Mais est-il vraiment nécessaire de les enlever en plein hiver -le 10 février 2011-alors qu’elles ne présentaient aucun des types de déchets cités plus haut ? Faut-il vraiement intervenir avec ce type d’engins ?

Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Laisse_de_mer

Du point de vue du développement durable, il convient cependant de préserver la partie naturelle des laisses de mer, tout particulièrement aux pieds des dunes qu’elles contribuent à fixer.

Enlèvement de la laisse de mer plage boisée du Betey

Mais que nous reste-t-il ?
Mais que nous reste-t-il ?

En a-t-il laissé ?

BIODIVERSITE ET PARC MARIN

Les parcs naturels marins sont en France des structures visant la gestion intégrée, dans un objectif de protection, d’une zone maritime d’intérêt particulier pour la biodiversité et pour les activités humaines. Les parcs naturels marins sont une catégorie d’aire marine protégée. Ils sont régis par la loi n° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux et sont créés par décret. le site du préfet maritime http://www.premar-atlantique.gouv.fr/actualite/dossiers/projet-de-parc-naturel-marin-sur-le-bassin-d-arcachon-et-son-ouvert—une-premiere-reunion-de-t.html Par ses missions, un parc marin doit contribuer:

  • à la restauration du bon état écologique des eaux marines, des milieux et des espèces (avec espèces certains habitats ou espèces ciblés en raison de leur statut de protection ou vulnérabilité notamment)
  • au maintien des fonctionnalités écologiques des milieux,

pour permettre :

  • une exploitation durable des ressources naturelles, c’est-à-dire sans surexploiter le capital naturel
  • une meilleure gouvernance (gestion intégrée des zones côtières, etc.)
  • le maintien et à la valorisation du patrimoine culturel maritime (y compris historique via les épaves…)
  • de créer une valeur ajoutée (socio-économique, scientifique, pédagogique…)
 

Editorial mardi dernier, mardi 14 septembre 2010,  il y avait un atelier parc marin sur la biodiversité du Bassin d’Arcachon à l’auditorium du Parc Ornithologique du Teich.  Cet atelier prend des airs de réunion mondaine : c’est l’occasion unique de se rencontrer. Ensuite sous la férule d’Anne Littaye, chef de la mission Parc Marin, commence l’atelier ; processus d’étude , méthodes de travail et diapositives se succèdent c’est clair, net et précis. On sent que l’on travaille à construire quelque chose ensemble… Les gestionnaires des sites Le banc d’Arguin , les prés salés d’Arès et le parc ornithologique du Teich viennent présenter leurs travaux Il fait beau ; gamins et touristes étrangers se pressent aux portes du parc … las, claude F nous apprendra qu’en 10 ans les oiseaux fréquentant le parc sont passés de 120 000 à 40 000.  dans la salle frémissent les causes possibles : Pollution, changement climatique, pression cygénétique ? puis les questions fusent : malgré les informations précédentes, certains restent sur leur idées reçues . D’ailleurs nous allons faire un dictionnaire des idées reçues dans le bassin. prochain rendez-vous en novembre Fin de l’article

Compte rendu de l’assemblée générale de l’association

 Assemblée Générale      Samedi 14  aout 2010, 18 heures, à Andernos.

 

Une vingtaine de personnes qui ont toutes des attaches à Andernos-les-bains étaient présentes.

L’association a 3 ans d’existence. Dans les statuts il est précisé que le périmètre de notre action s’étend sur tout le bassin, et plus spécifiquement sur la protection de la plage boisée du Bétey

 Extrait du Rapport moral.

Nous avons participé en 2009 aux activités suivantes : 

–          Journée du patrimoine en septembre.

–          réunion de la mairie  le 12 novembre.

–          Week-end « aux arbres citoyens », le 21 novembre.

–          Rencontre avec le sous-préfet en novembre .

–          Salon ornithologique à Paris en décembre

–          Saisie de la Cada pour avoir les documents du PLU.

–          Rencontre avec les candidats écologie aux  régionales.

–          Courrier à Chantal Jouanno.

–          Enquête publique sur le PPRIF qui n’a pas été accepté tel quel par l’expert.

–          Mémorandum en cours qui pourrait être signé par d’autres associations

–          Matinée d’étude sur l’extension de l’aérodrome, avec la présence de France Télévisions.

 –          Signatures cartes postales : 1080. Toujours en cours

–          Signatures pétition : 980

Vote du rapport moral  :   Contre = néant  Qui s’abstient = néant  Pour : unanimité

 Vote du rapport financier : Contre = néant  Qui s’abstient = néant  Pour : unanimité

 Questions diverses :

 – Nous faisons désormais partie de l’annuaire des associations andernosiennes.

Demande de la mairie de participer au Téléthon. Les participants donnent leur accord pour la participation de l’association à cette manifestation.

– L’assemblée est d’accord pour notre participation au salon « La marjolaine » à Paris.

– Envoyer un mail régulièrement aux cotisants, afin de les informer sur nos manifestations à venir.

– Les participants sont invités à alimenter le site de l’association.

– Deux adhérents participeront aux réunions du Parc marin.

Sepanso : présence  également demandée pour participer à la réunion mensuelle. Envoi du calendrier à chacun.

La lecture du PLU : Deux adhérents sont  en train de faire une lecture critique du PLU.

 Fin de la réunion à 20 heures.